samedi 28 juillet 2018

Paris est une Gazelle I & II & III ?


A l'aise mon Blaise, Cool, mon Raoul !
Puisque écrire, c'est tricher...nous allons enfin respirer et malgré nos divers et récents déboires se deuils,
 dormir plus tranquille,
en retournant
à nos premières amours,
et à ce que nous fûmes à l'origine :
un gribouilleur de textes poétiques d'adolescent, puis érotiques, tout en étant puceau,
un premier temps,
bref un pornocrate réactionnaire :
dont voici la genèse de notre  gribouillage... 
 Écrire, oui, c'est bel et bien tricher. Nous l'avons appris à nos dépends quand nous sommes passé par la case "Paris" au cours des années 80. Refusant de tomber dans les filières de l'enseignement de par notre apprentissage de l'italien et de l'anglais. Outre de crever la dalle, nous jouions dans des pièces et commencions à nous exercer à l'art lyrique, malgré des soucis de santé déclenchés par Kundalini.  Les cachets étaient souvent minables, et n'importe quel revenu supplémentaire était le bienvenu, et c'est ainsi que par l'intermédiaire d'une annonce dans un "gratuit", peut-être "Paris Boum-Boum", nous avons entamé une collaboration avec "Lettres Magazine" dont nous n'avons hélas gardé que 2 exemplaires ... Par honte ou par dépit. Non, nous n'étions pas Cézanne, et n'allions pas vaincre Paris avec une "Pomme"... Au contraire, nous avons plongé dans le bain de boue, en tirant le diable par la queue. 
Vous savez ce que c'est que de crier misère, n'avoir aucune amitié fiable dans un Paris conquis par nos huileux ennemis des sables et des damiers, de vivre Kundalini, et de crever la dalle ? Nous, nous l'avons su.



Cette petite revue dont le siège était installé dans le 10ème arrondissement, était supposée retranscrire un courrier érotique des lecteurs et se voulait le concurrent du magazine "Union". Ce n'était qu'un vaste mensonge, une fumisterie, une petite tricherie. Au premier rendez-vous, rue de Toul, Paris 10, nous reçûmes les consignes suivantes : chaque "lettre" serait  fausse et systématiquement écrite par un auteur-maison, et en aucun cas par un lecteur, et ce,  quel que soit son talent. Les lettres seraient signées d'un prénom. Tantôt l'auteur s’appellera Martial, tantôt, Aline, etc.  Madame Sitbon était la femme à qui nous avions  à faire et c'eût elle qui nous guidait dans l'écriture de mes lettres. Chaque auteur était isolé et nous n'en avons connu aucun autre. Les contraintes et les consignes d'écriture des faux courriers étaient les suivantes : 

 "Lettres écrites sans maniérisme ni vulgarité, mais avec dextérité, essentiellement hétérosexuelles, semi-hard (soft par rapport à aujourd'hui) aventures extra-conjugales, sado-masochisme, fétichisme, "premières expériences", triolisme, un petit quart étant consacré aussi à des relations saphiques. Un classique étant "Je trompe mon mari avec une femme... et Il aime ça " "

Le reproche que nous  faisait parfois madame Sitbon était de digresser. Nous dûmes apprendre à aller  plus vite au vif  et au cœur du sujet. Les contraintes sont intéressantes car elles vous forcent à écrire dans un cadre, et un moule. Bref, chez "Lettres Magazine", tout n'était que pipeau. Nous cachions bien évidemment cette activité peu glorieuse, peu reluisante,  méprisée autant par les écrivains que par les patrons des magazines eux-mêmes qui nous rabrouaient quand la "lettre" ne convenait pas. Nous avions quelque peu  honte de notre activité, honte  bébête, car nous apprîmes que deux copines comédiennes se faisaient, elles, du vrai blé en se faisant des "extras" chez elles, bien réels,  sans autre effort que d'écarter les cuisses, d'où l'avantage d'être femme et le désavantage d'être né homme... Il leur avait suffi de passer une annonce dans le Libé de l'époque : "Jeune femme jolie et artiste cherche homme mûr et généreux", tandis que de notre côté nous peinions pour fantasmer dans le vide car nous étions quasi  puceau et que nous devions cependant pisser notre copie. Notre unique souvenir est notre première "lettre" publiée :  la rencontre à demeure d'un  hémiplégique sur son fauteuil avec une mystérieuse bourgeoise nue  sous son vison et venue, en taxi, en pleine nuit, s'empaler chez lui, dans le couloir d'entrée et sans préliminaire sur ce vigoureux handicapé des jambes mais pas de partout, et qui lui aussi avait bien droit au bonheur !  Sans doute une historiette liée à notre bon fond chrétien.




Le mensonge de LM : faire croire au lecteur beauf qu'il a le droit de paroles. A l'époque, nous n'avons rien conservé de ces revues, sauf une, ainsi notre "œuvre érotique hétéro et saphique" est perdue... De fils en aiguilles, nous fîmes  la connaissance d'éditeurs, dont de maisons naissantes en quête de "matériel". Cette fois-ci, les contraintes étaient évidemment différentes et à l'opposé : "Gay, de semi-hard à hard en passant par gay romantique", aucun roman hétérosexuel ou lesbien n'était autorisé... et avec l'obligation d'apposer son véritable nom, sinon, l'ouvrage passait à la trappe. Les éditeurs ont refusé que nous prenions un pseudo. La honte. Évidemment, c'est fut là un cap assez malaisé qui nous valut quelques gentilles railleries et compliments pour le culot, notamment au "Centre de Musique Baroque de Versailles" où nous avions des connaissances et où le livre circulait. Ce qui était gênant, c'était la confusion entre les écrits -avec son narrateur-  et l'auteur lui-même, alors qu'une distanciation  existe entre ce que nous sommes et ce  que nous écrivons. Les célèbres écrivaines anglaises de polars qui tuent à gogos ne sont pas des meurtrières. Pendant des années, écrire avait été donc, mentir, détourner, broder etc.  Il était cocasse de constater le contraste entre la misère de notre propre vie sur ce plan, et ce que nous devions produire, cela dit, le Sida à Paris nous avait coupé la chique. Par le biais et la présentation d'écrits édités, de scénarios mis en scène, etc. nous tentâmes de nous approcher de ce milieu feutré de la rue des Saints Père, Grasset et compagnie qui nous envoyèrent aux pelotes. Le cercle des éditeurs prestigieux est très fermé, tout autant que le show-biz. Parallèlement, bien sûr, nous poursuivions notre vie de smicard, malgré nos diplômes : chant, théâtre musical, etc. au chœur d'un milieu narcissique et égotique, anti-chrétien, qui nous donnait lui aussi la nausée, une telle nausée qu'une maladie vint se greffer pour de bon dans notre appareil digestif :  une nécrose étendue et un trou en formation dans l’œsophage, trou que les caméras de l’hôpital Tenon, ne virent pas malgré nos insistance, jusqu'à ce nous tombions  sur le merveilleux spécialiste privé, le docteur C. qui enclencha le processus d'opération urgente. Ces tâtonnements, entre gastros, allergologues, durèrent 2 ans et nous valurent définitivement de perdre notre santé et notre outil de travail : la voix, voix travaillée qui nous permettait de donner des cours, cours que nous n'avons plus osé donner avec une voix brinquebalante, totalement gondolée et incontrôlée. Plus de gagne-pain. Pour que la voix soit valide, le gosier qui est au croisement du système digestif et respiratoire, se doit d'être impeccable. Le premier ouvrage édité nous ouvrit néanmoins les portes d'un site de vente par correspondance adventice.com, désormais disparu, où pendant deux années, nous assurions  les critiques d'ouvrages souvent à connotation érotique  qui allaient du sado-masochisme au saphisme. Là, à nouveau, nous dûmes tricher, car travaillant pour un site de vente, nous ne pouvions émettre que des critiques élogieuses, et parfois, nous devions gratter un maximum, pour pouvoir dégager d'un bouquin médiocre un quelconque éloge.  Conjointement avec cela bien sûr, nous devions constamment nous battre contre les problèmes posés par le phénomène K, notamment les coups de pompe, blocages énergétiques douleurs permanentes, sans parler des "phénomènes". Le tout dans une ambiance où le Sida faisait des ravages.



 Courtesy of LaRouge

Les médecins actuels, hagards, rangeraient la Kundalini  dans le rayon "spasmophilie" et désormais "fibromyalgie".  
Et advinrent la toile, puis les blogs... Là, sous un pseudonyme poussé par une certaine "Luce" que nous saluons bien bas, nous montons un blog, tout en nous disant  : "Ça y est ! A nous, la liberté d'écriture ! Nous allons dénoncer ce que nous avons compris et pris "... Le leurre. Nous en sommes aux années 2005-2007. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs... Vinrent les menaces ouvertes, les menaces sous-entendues, les pressions, etc.


                                                   
     Arbre de Vie Séphirotique
(Kundalini)

                 
     Arbre de Vie Sumérien (antérieur)
  inspirateur de l'arbre séphirotique (Kundalini)


Quels étaient donc les clivages principaux entre ce milieu "artistique"...et ce que nous étions en profondeur ?

-La prise de conscience de l'existence avérée des lobbies (lobbies qualifiés de "rumeurs" selon mes ex-amis de gauche, forcément de gauche)
- L'amour de l'argent et du pouvoir par cette même gauche et dénoncé frauduleusement par elle. Exemple : la milliardaire Anne Sinclair-Rosenberg de gauche... sur Twitter, quand je m'adresse à elle, c'est sur le ton "Alors, la vieille ?", élégant !
- L'approbation immigration massive.
- L'approbation de l'avortement massif.
- La folie des "droits" sexuels ou autres.
- La responsabilité intrinsèque du milieu gay dans la propagation du Sida, etc.




Si nous tirons un bilan de ces années, nous dirions que  n'avons jamais rencontré ni homme, ni femme, que des êtres asexués et souvent sans saveur, nos critères sont tels que personne ne rentre véritablement dans ce cadre.
Sur la Toile, les êtresses (sic) les moins asexuées, les plus proches de la "féminitude" sont clairement la fantasmatique Julie, La Luce, et la poétesse Orfeenix. Wendy est un cas à part qui ferait bander une escadrille d'homos, et qui sait, même Micron.
Quant aux hommes, sur la Toile, nous n'en voyons  pas...
Un des soucis de la droite ultra-nationale est qu'elle est éminemment coincée du cul et nous devons aux Sœurs Aryennes une sacrée chandelle !
Dans la vie normale, nous avons croisé quelques mâles et quelques femelles, et encore, avec des réserves. Dieu sait que ces quelques dizaines-là, nous les avons fixés... alors nous croisons des centaines de milliers de personnes dans une vie ? 
Un homme circoncis n'est pas un homme, un homme sous 150 de QI n'est pas un homme, c'est un singe. A ce sujet, nous avions lancé une pétition "SOS Prépuce" qui, hélas, est restée lettre morte. 
Une femme qui n'a pas  son 95 C et 150 de QI n'est pas une femme, non plus, c'est une guenon.
Chez les quasi sexuées excitantes et célèbres proches de la Femme, nous citerons Magali Noël, Mina, Stéphane Audran, Barbara, Diana Rigg, ou même Alice Sapritch.
Chez les asexués célèbres proches de l'Homme, nous ne connaissons quasiment que des personnages de fiction, sauf George Lazenby et Christopher Eccleston dans Jude, hélas ce ne sont que des acteurs, un métier qui nous les rend quasiment non crédibles. Deneuve a dit : "Il n'y a pas d'acteurs, il n'y a que des actrices"... Elle n'a pas tort. Ce n'est pas un métier viril, c'est un métier qui, exercé par un homme, est métier de con.  
Bernard Lugan, lui a l'air d'être un homme, hélas, ses bacchantes viennent en défriser la belle voix grave. L'amour humain n'est pas de ce monde, du moins pas du nôtre. C'est une expérience que nous n'aurons donc pas faite, mais c'est un fait extraordinairement commun, et ne présente aucune originalité. Pour parodier le poète Reverdy, nous dirions, "Il n'y a pas pas d'amour, il n'y a que des chansons d'amour"... L'amour  terrestre est un mica friable.
Par conséquent et en conclusion, nous n'aurons jamais réellement rencontré de notre vie majoritairement que des êtres asexués et sans intérêt, et sans saveur, pour lesquels je ne suis rien, et qui, de mon côté ne sont rien ... 


La Beauté

Ces derniers mois :  visite chez les gendarmes suite à  une plainte de la  PJ parisienne alertée par la Licra; l'Ankou nous enlève notre Laïka, Josette,  Huguette. Un cancer nous a obligé à faire opérer Puppy et à lui enlever un œil. 3 de nos pneus ont été crevés à coups de couteaux par la voisine d'en face.  La condition du mâle est désastreuse ! Bien plus que celle de la femelle. Les féministes sont de viles putasses car ce sont des femems qui nient le bonheur de leur condition. Elles ont 2 lolos, et 3 trous et elles se plaignent ? Vous qui aviez 3 orifices  à offrir durant votre jeunesse, si à 60 ans, vous n'êtes pas assise sur un tas d'or c'est que vous êtes une conne. Si j'avais été une bonne femme, automatiquement, j'aurais été bien roulé et les types auraient craché au bassinet.






 Nous aussi savons faire neunoeil !
Désormais, et nous le méritons, nous désirons dormir tranquille sur nos deux oreilles et nos deux oreillers, d'où la finition de 2 Tomes sulfureux sur le Thème de Kundalini. Les deux tomes ne que sont la suite l'un de l'autre et sont parus sur Amazon. Comme Kundalini, et le sexe fictionnels y jouent le rôle majeur, nous ne risquons nulle convocation d'aucun ordre d'autant qu'aucun mandant présidentiel n'aura insufflé  un tel montant à la fois d'érotisme et d'infantilisme. Pourquoi avons-nous choisi une écriture "hardos" qui n'arrondisse pas les angles  ? Parce que Kundalini est périlleuse, qu'elle peut mener à la démence, à la folie érotique ou meurtrière ou à la dépression complète et un anéantissement, si le cap de la montée dudit Serpent énergétique des 2 premiers chakras se passe vraiment mal. Nous traitons volontairement de sexualité  dangereuse liée à un environnement occulte tout aussi dangereux. Pour nous, la parution de ces 2 textes est essentielle, bien qu'inséré dans un roman, donc dans un magma de purs mensonges, de construction fantasmatique, le principe de Kundalini, lui,  n'est pas trahi et il est restitué dans sa  vérité dans un décor de carton-pâte que nous avons dû construire et élaborer de A à Z.  Pour  Totof, cela s'exprima par un effondrement physique généralisé pire que le nôtre peut-être parce que nous, nous étions très jeune, 21 ans, et que Totof avait la quarantaine tassée. Le corps réagit différemment, selon l'âge et comme il peut...



En effet, à l'exception de quelques clins d’œil à des personnes décédées, nous ne pouvions intégrer des personnages identifiables à des personnes réelles. Nous avons juste fait une petite bourde que nous tairons. Une biographie nommée : "Kundalini, une expérience", eut été impossible, elle aurait signifié faire, sans leur accord, sans leur consentement, le portrait de personnes réelles. C'est impensable.
Soyons clairs  nous n'accepterons aucun commentaire, aucune critique, aucune remarque sur ces deux Tomes ... négatives ou positives elles passeraient aussitôt à la poubelle, car le processus d'écriture se poursuit et rien ne saurait nous troubler ou nous arrêter. Nous pensons même que ce processus appartient à celui de Kundalini. Nos brouillons ne comportent quasiment aucune rature, les mots  nous  sont comme dictés : ça fuse. La réalité de notre Kundalini fut encore plus triste que celle romancée. Pourquoi ? Parce que notre solitude durant les 10 premières années fut une épreuve si indescriptible que si nous avions écrit mot pour mot ce que fut notre condition et entourage, il y aurait eu de quoi pleurer à chaque page. 




Seul notre sens de l'humour nous a sauvé, et aucun guérisseur ne nous aura apporté le moindre soulagement physique. Ce qui nous a empêché de vivre une crise qui nous aurait conduit à l’hôspitalisation était notre extrême jeunesse et notre sens de l'humour. Les deux seuls soulagements physiques que nous connaissions était lors de nos séjours d'été à l'océan avec les bains de mer, et en hiver quand il faisait 0 degré, où nous sortions  en tee-shirt, c'est toujours le cas, tant nous sommes une chaudière, sinon, en permanence, la sensation était et est et, sera, de brûler et de suffoquer par manque d'air dès qu'il y a anxiété, confinement ou chaleur supérieure à 5 degrés.




Notre subconscient qui est le siège physique et métaphysique de Kundalini nous dicte. L'écriture est quasi automatique. C'est un travail d'écoute. En ce qui concerne le domaine de l'érotisme, le souci majeur de la réacosphère est qu'elle est très coincée, surtout ses composants mâles qui en sont même des chochottes et parfois même mauviettes. Les pauvres sont très frileux sur le sujet, contrairement aux hommes sémites, dont les "chèvres" ne sont pas un mythe. Une sexualité un peu olé-olé, et les mâles réacs chient dans leur froc. Pas du côté des femmes, comme Wendy... ou anciennement  Orfeenix, avec lesquelles nous nous poilons sans le moindre sujet tabou, politique, spirituel ou érotique. mon côté, je suis totalement amoral, à l'exception de ce qui touche enfants, personnes âgées et handicapés. Aucun de nos amusement pervers ne nous a mené sur ces rives. Nous avons un handicap majeur qui est aussi un bénéfice aussi majeur : nous n'avons pas eu de vie affective, pas la moindre réciprocité. L'idée de "couple" nous est étrangère. A cet égard les exemples dans notre entourage familial est parlant et catastrophique. Nous n'apprécions pas non plus le chiffre 2, le diviseur. De plus, Kundalini est un phénomène qui vous bouffe une telle énergie, ce qui rend à la fois, atone et/ou agressif. La liaison avec autrui est impossible, d'où l'idée du fictionnel. Pour l'Enfer que représente le Tome I, nous l'avons placé dans un cadre que nous jugeons infernal : l'homosexualité, rien que par le fait que c'est une impasse supplémentaire à la condition humaine.
Le Tome 1, "Enfer", est "glauque" (qualification de Stef.  "Voyage à Muxandor", tout autant, 2 Enfers) et à escient;  le second tome "Purgatoire", glauque, il l'est légèrement moins, élévation  dans les sphères oblige ... Ces 2 tomes forment un tout... mais, en les achevant, il nous est apparu évident de poursuivre et d'entamer un  3ème Tome, "Ciel", Nous en travaillons et en parachevons l'essence : le mysticisme,  considérant qu'à certains égard, toute forme de sexe, qu'elle soit "normale" ou "déviée", a une dimension miséreuse et négative. Toute sexualité sera donc donc peu à peu effacée. Enfer, Purgatoire, Ciel est notre trilogie de Dante. Je ne suis pas un écrivain et ne désire pas être jugé comme tel, cela me donne entière liberté dont le droit d'être mauvais. Que le texte soit bon ou non, l'on s'en balance, nous souhaitons juste qu'il existe, notre désir est de bâtir un texte fondateur  sur le phénomène K, qui soit le premier texte d'origine francophone fouillé sur ce sujet. Ces textes ne conceptualisent pas le phénomène K, la conceptualisation ayant déjà été élaborée depuis des millénaires par les  hindous, jusqu'aux sumériens, et sans doute par l'humanité dite pré-historique. Hillard, l'ultra-catho déplore l'émergence d'une religion mondiale, pas nous, il est temps que le très rébarbatif Jésus soit ramené à ce qu'il est : un homme, point-barre, et Allah et Yahvé, à un seul et unique (sic) tas de fumier. Vous avez lu les "saintes-écritures" ? Aucun de ces 3 mythes ne sont Dieu, et ce mythe est amené à disparaitre. Notre espérance que que les 3 religions du Livre et que la maçonnerie s'écroulent, et le principe noachique avec. Kundalini pose d'éminentes questions philosophiques, spirituelles et religieuses.




  Yawhvé, le "dieu" tribal...
La blogologie est dangereuse, toute au moins à risque,  et elle mène à une impasse. Des milliers de personnes vous lisent, et votre voisin ignore qui vous êtes. C'est encore pire pour des youtubeurs qui eux rameutent des centaines de milliers de vues. Un clic et Google vous élimine de ses tablettes et donc des années de labeur. Une plainte de l'état, et vous voici en fugue qui, en Angleterre, qui, au Japon; ou à devoir payer des milliers d'euros, être  à deux doigts de faire de la taule etc. Vous la souhaitez pour vous, cette épée de Damoclès, ou de partir si loin des vôtres ? Non. Ce qui est écrit ici est à  l'extrême limite de ce qui peut être dit... Alors que si nous devions écrire, ce que nous pensons réellement, nous serions en taule pour censure, censure, & censure... etc.  Et malgré des centaines de sites dénonciateurs, nous nous enfonçons de plus belle. Citons à nouveau, en guise de conclusions, la Sainte-Vierge Marie à Medjugorje : " En Dieu, il n'y a ni religion, ni division".





"Paris est une Gazelle II : Purgatoire"
sont en vente dans le monde entier.
La police est petite, imposée, une  manière  sans doute pour Amazon pour forcer 
à un prix raisonnable.
Nous n'avons pas voulu non plus de pagination,
car c'est entrer dans un labyrinthe. 
Le Petit Poucet avait ses petits cailloux,
munissez-vous d'un marque-page.
Kundalini est l'Axe réel, le décor romanesque, lui est totalement décalé par rapport à ce que fut la réalité, chaque personnage est imaginaire.
C'est le lot de la plupart des romanciers, même médiocres,
nous n'allions pas demander
à 100 personnes le droit de les évoquer et de les décrire, n'est-ce pas  ? 
En revanche, nous nous sommes beaucoup amusé avec les prénoms, 
et à leur attribution.
Nous achèverons  "Paris est une Gazelle III : Ciel",
si Dieu nous prête Vie. 


Le Tome III est en cours. 
Cette trilogie appartient, j'en mettrais ma main au feu de Kunda, à son processus. 
Nous ignorons encore où "Ciel" nous  mènera,
ce que nous pensons  est que
l'homo sur-étalée et l'hétérosexualité frustrée 
qui arrosent les deux premiers tomes
s'estomperont. 
Les photos de CLG sont Courtesy of Jürg Hut,  
et la couverture Courtesy of  Marcelline de La Licorne.
Article, Courtesy of Wendy.







       

27 commentaires:

  1. Quelle prose, elle se boit bien ... Très heureux de connaitre tes publications, je suis client.
    D'accord avec toi sur Yahvé, d'accord avec toi sur à peu près tout.
    Jeune homme, j'étais fan de Thiefaine et de Tachan. Tous les deux ont fait une brillante carrière alors que blacklisté par les institutions. Il m'ont ouvert à un certain nihilisme, voir parfois à un certain cynisme, mais pas que ... Te lisant, me venait à cette poésie d'hubert félix thiefaine, écrite en 1979, la chanson s'appelle Alligator 427

    Alligators 427
    Aux ailes de cachemire safran,
    Je grille ma dernière cigarette.
    Je vous attends.
    Sur cette autoroute hystérique
    Qui nous conduit chez les mutants,
    J'ai troqué mon cœur contre une trique.

    Je vous attends.
    Je sais que vous avez la beauté destructive
    Et le sourire vainqueur jusqu'au dernier soupir.
    Je sais que vos mâchoires distillent l'agonie.
    Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

    Alligators 427
    À la queue de zinc et de sang,
    Je m'tape une petite reniflette.
    Je vous attends.
    Dans cet étrange carnaval
    On a vendu l'homo sapiens
    Pour racheter du Neandertal.
    Je vous attends.

    Et les manufactures ont beau se recycler,
    Y aura jamais assez de morphine pour tout le monde,
    Surtout qu'à ce qu'on dit, vous aimez faire durer.
    Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

    Alligators 427
    Aux longs regards phosphorescents,
    Je mouche mon nez, remonte mes chaussettes.
    Je vous attends.
    Et je bloque mes lendemains.
    Je sais que les mouches s'apprêtent,
    Autour des tables du festin.
    Je vous attends.
    Et j'attends que se dressent vos prochains charniers.
    J'ai raté l'autre guerre pour la photographie.
    J'espère que vos macchabées seront bien faisandés.
    Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

    Alligators 427
    Aux crocs venimeux et gluants,
    Je donne un coup de brosse à mon squelette.
    Je vous attends.
    L'idiot du village fait la queue
    Et tend sa carte d'adhérent
    Pour prendre place dans le grand feu.
    Je vous attends.
    J'entends siffler le vent au-dessus des calvaires
    Et je vois les vampires sortir de leurs cercueils
    Pour venir saluer les anges nucléaires.
    Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

    Alligators 427
    Aux griffes d'or et de diamant,
    Je sais que la ciguë est prête.
    Je vous attends.
    Je sais que dans votre alchimie,
    L'atome ça vaut des travellers chèques
    Et ça suffit comme alibi.
    Je vous attends.
    A l'ombre de vos centrales, je crache mon cancer.
    Je cherche un nouveau nom pour ma métamorphose.
    Je sais que mes enfants s'appelleront vers de terre.
    Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

    Alligators 427
    Au cerveau de jaspe et d'argent,
    Il est temps de sonner la fête.
    Je vous attends.
    Vous avez le goût du grand art
    Et sur mon compteur électrique,
    J'ai le portrait du prince-ringard.
    Je vous attends.
    Je sais que, désormais, vivre est un calembour.
    La mort est devenue un état permanent.
    Le monde est aux fantômes, aux hyènes et aux vautours.
    Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

    Je vous attends..

    Je pense néanmoins qu'il y a une porte de sortie, dès que je la trouve je vous préviens.
    Tchuss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais lire ce poète... son écriture n'est pas d'un abord facile. Je crois qu'il remplissait les salles néanmoins.

      Supprimer
  2. Je parle de toi aujourd'hui ! Je t'embrasse ! À bientôt au téléphone !

    RépondreSupprimer
  3. On s'est aimés dans les Maïs

    T'en souviens tu mon Anaïs

    Le ciel était couleur de Pomme

    Et on fumait le même Shilom.

    HF Thiéfaine.

    Les cris déchirants d'un Thiéfaine s'arrêtent où commence le vrai bonheur.

    Kundi nous dit que nous sommes autre chose, qu'il y a un univers en Nous, mais que la pente est raide, le chemin tortueux et solitaire.

    Kundi rend la solitude infernale, poétique et indispensable.

    Sachant ce que nous ne sommes plus, nous envisageons ce que nous aurions pu être et mesurons ce qui nous a été volé.

    Kundi cristallise le tragique de l'hominidé, tue le singe en lui et réveille la bête qui croyait faire l'ange. D'une maya à l'autre, Ulysse a fait un long voyage.

    Nous croyant Homme, nous nous réveillons Bête.

    Conscients de la Bête, nous nous rêvons en Homme.

    Et mesurons que c'est trop tard, que la marche est trop haute et que nous n'aurons que le fumet du paradis derrière le voile.

    Il y a peut-être quelques Êtres Humains sur cette terre, mais je n'en ai jamais rencontré au sens de ce que je pressens du potentiel en nous.

    Le kundalinisé est un potentiel ambulant de tous les possibles, qui sait ce qu'il aurait pu être, et par un pied de nez tragi-comique renverse les tables du banquet où il voit se régaler les fous et les morts, ses fous et ses morts.

    Les tables renversées, il entre dans un long silence.

    C'est dans la qualité de son silence que la Grace le trouvera

    Ou pas

    Bizzz mon Brebis.

    Après la mort, l'Ange me demanda : comment as tu trouvé tes congénères ?

    BRUYANTS !

    TERRIBLEMENT BRUYANTS !

    Tof

    RépondreSupprimer
  4. Vous vous plainiez des consequences dont vous cherissez les causes. Il ne peut pas y avoir d union solide et pereine sans fidelite et rigueur. le couple a quelque chose de futile et holywood le tourne en ridicule avec ces mensonges mais en analysant tout cela, la vraie beaute du couple c est ce pacte qui aboutie a cet effort ultime. Je me fais l avocat du diable car je suis ronge par le desir mais c est la verite. Vous ne voyez que des culs coinces, moi je vois des patriarches responsables... et heroiques. Vous devez avoir beaucoup de succes aupres des filles et vous semblez avoir que l embarra du choix pour avnir ce genre de raisonnement.
    fabien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fabien, vous ignorez le processus de Kundalini. Tof ci-dessus le vit aussi. Survivre est notre priorité, pas "l'amour", sauf pour les animaux en ce qui me concerne...entre humains, c'est du luxe, ça...

      Supprimer
  5. Moi je suis un romantique un peu artiste a fleur de peau. Lamour et la passion c est projeter l image de dieu sur une femme, comme je pense vous avez projete l image de dieu sur vos animaux. L ideal et l absolue n est pas parmis nous... ni en nous. L amour et ou le couple stable conduit au moins a la plus jolie chose, les enfants. Je me suis ronge le cerveau pendant des annees et j avais un cote un peu destructeur mais les enfants, ca pu c est chronophage et ca coute cher mais ... c est le but ! Ils font ce qu il veulent et deviendront independant mais donner la vie, transmettre et observer ces petites choses est la chose la plus profonde et puissante qu il ya sur terre. Ce sont des accidents car je n en voulais pas ! Ma famille est chaotique, penible lourde et deplaisante... ce qui ne me motivait pas vraiment pour avoir ma propre descendance. Mais les enfants envoyent valdinguer tout nos problemes metaphysique dans le neant. Pardonnez mon orthographe...
    fabien
    Pour des natio ou des hommes de droite, ca me semble contradictoire de proner le liberalisme ! En l occurence le liberalisme sexuel. Si on a le droit de convoiter, cela va fragiliser les liens des francais. Les juifs le savent et ils font la promotion notement du phenomene cougar. Apres mai 68 ou l autorite des anciens et leur statut social ont etes remise en cause au benefice des jeunes et des femmes. Voila que les elites rendent les relations entre francais encore plus dur car les jeunes vigoureux peuvent convoiter sans gene, les partenaires des anciens... Evitez de reveiller mes demon c est aussi pour ne pas convoiter les partenaires, les filles, ou les cousines de mes freres francais et ainsi garder l harmonie dans le pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous comprends. Le phénomène Cougar a été implanté dans la tête des cons...et comme par hasard apparait ensuite la Brigitte et le gay Macron...
      Je comprends aussi votre "romantisme"... mais la vie ce n'est pas ça... Sur cette Terre 3 valeurs dominent : le sexe, le pouvoir et l'argent. Si vous ne savez pas jongler avec ça, vous êtes cuit, à moins d'entrer dans un monastère...
      La Kundalini a foudroyé ma santé et ma vie. Il était indispensable, obligatoire d'en parler. Elle correspond à l'arbre de vie/de la connaissance, au masculin et au féminin en nous. Voir dernière image sur le blog de Wendy...
      Parmi la réinfosphère, les Sœurs aryennes sont presque les seules à écrire des textes fondateurs... Lisez-les... pour les générations adultes actuelles, c'est foutu...

      http://www.wendy-leblog.com/2018/07/ami-auteur-publie.html

      Je ne prône rien du tout... je mets en garde sur les dangers de l'invisible...et ne me pose nullement en référence de quoi que ce soit. Trop de personnes se prennent pour des gourous...

      Supprimer
  6. @Tof , "et l'on mâchait le même chewing gum", la version shilom m'était jusqu'ici inconnue mais tout à fait concevable de la bouche de Thiefaine. Thiefaine qui a commencé a être connu avec son album "autorisation de délirer", il taquinait le monde avec bouffonnerie et jeux de mots, on l'aurait cru léger. Puis il est descendu de la montagne sur un chariot chargé de paille et de fil en aiguille il est descendu encore plus bas jusque sur les quais d'un port ou dans la brume des acides, il entendait des fillettes lui chanter "fait moi une place dans ton linceul, quand y en a pour un, y en a pour deux" ... Cabaret Sainte Lilith, peut être l'album le plus noir,peut-être un égal littéraire d'une saison en enfer. Son cher Rimbaud, idole qu'il dégomme, quand il vendait des armes au royaume de Choa. Finalement Tof à raison : "Les cris déchirants d'un Thiéfaine s'arrêtent où commence le vrai bonheur." Comme son dernier Opus le prouve, Thiefaine est définitivement tombé dans le côté sombre, son titre "Angelus", cqfd : https://www.youtube.com/watch?v=sBo7OaFpHIg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas du tout sensible à l'art des mâles...

      Supprimer
  7. C'est bien dommage cher Brebis, mais tu n'es pas le seul misanthrope.C'est pourquoi je me suis permis de te citer ces deux auteurs. Et rien n'y changera, Thiefaine est un grand poète que les jeunes générations découvrent avec délectation. J'attends donc ta prose,comme je fais actuellement des navettes Paris-Bretagne toutes les semaines,les voyages en train sont propices à la lecture. Nous lirons bientôt ta production de mâle blanc. L'Art de l'écriture, c'est de l'art ou du cochon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du cochon bien sûr...je ne suis pas un poète, ni un écrivain, je ne suis rien du tout sauf un vague auteur érotique avec des élans mystiques et qui décrit un enfer fictif car le mien réel fut tout de même différent... je n'écris plus de poésie depuis l'adolescence. Thiéfaine est sûrement très bien...mais j'ai mes déesses, de Barbara à Mina en passant par Gribouille...ça me suffit. Ce clip me fait penser au dernier de Bowie...mais, je ne vois pas en quoi ce garçon serait passé du côté des ténèbres ...tu as vu la condition humaine ? Elle est horrible !

      Supprimer
  8. Vague auteur érotique ? Un peu comme Daho ? ( je rigole )
    Mina tu me l'as faite découvrir, malheureusement je ne parle pas l'Italien. La condition humaine, ou la comédie humaine ? Laideur, mensonge et exploitation voilà la trilogie de ce monde.Là dessus sommes nous d'accord. Peut être que Thiefaine n'est pas passé du côté sombre. Il est nostalgique. A t il compris qu'il ne sert à rien de se lamenter ? Arnaquons cette arnaque !
    Si tu es un écrivain ? Nous verrons bien.
    Je suppose que tu développes avec la kundalini, ce qui déjà en soi, représente une vraie originalité. J'imagine bientôt l'encensement du courrier des lecteurs dans Marie Claire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aldebaran... Merci. Je ne lirai ni ne publierai rien ici concernant ces textes hard, car j'aborde une 3ème partie, et un simple mot peut me bloquer des heures ou des jours dans ma créativité...Merci de garder tes pensées de ces textes publiés, pour toi-même, ou partage-les, mais pas ici, svp... par contre, la liberté de s'exprimer concernant ce blog même est bien sûr libre. Je vais faire un effort, celui de découvrir ce Théfaine. Un type a part que j'aimais bien était Gérard Manset. J'ai fait 17 ans de lyrique, mais ne supporte plus l'opéra...Merci de cette compréhension mutuelle...A mon sens, jusqu'à présent, dans deux genres différents, personne n'arrive à la cheville de Barbara (lunaire) et Mina (solaire)...Je vais aller écouter ton poète... sur la toile je te conseille Orfeenix (site galaterato.blogspot) et Le Marginal Magnifique...

      Supprimer
  9. Le couple, vaste sujet.

    Brebis a fait couple avec Laïka, un genre de couple "sophiaque panthéiste".

    Moi je fais couple avec une orpheline utérine, qui a vécu 8 jours dans le ventre de sa mère avec sa sœur jumelle morte à ses côtés. Et si ce n'était que cela. Le reste a été à l'avenant.

    La Providence l'a mise sur ma route alors que je m'enfonçais dans la débauche des nuits parisiennes éthyliques et artificielles.

    J'ai mis 20 ans à comprendre pourquoi ce mariage célébré en une commanderie templière périgourdine.

    Elle ne s'intéresse pas à mes histoires de dingue, ça la rase, mais elle a compris.

    Sur le papier, je me suis marié contre mes intérêts, contre mon égo qui gueulait comme un putois, mais sur injonction de mon âme qui me disait : c'est celle là, tu verras !

    je me suis marié pour rien.

    C'est la seule raison valable qui fait les mariages heureux.

    Ne rien attendre du couple pour se réaliser.

    La passion ne fait pas partie de notre quotidien, pas plus que l'amour au sens des cucuteries convenues.

    C'est une épopée que m'a proposé mon âme, qui allait me mener à Kundalini et affronter mes démons intérieurs.

    Elle était celle qu'il me fallait à ce moment là.

    C'était une femme humiliée et brisée par l'existence et à qui notre aventure commune a rendu vie et dignité.

    "Les grands hommes ne se battent que pour la dignité des faibles" fait dire A Astier/Arthur à Pierre Mondy/Caesar dans Kaamelott.

    Elle a en elle cette rectitude parfaite des femmes de peu qui savent tout naturellement, avec un BEPC sous le bras.

    Elle est et elle sait. Elle est branchée en ligne directe sur la Féminité, la Vérité. Avec la Force que j'ai amené, on a fait de grandes choses dans le domaine humain, nous nous sommes hissés au-dessus de notre condition, nos envies, nos désirs et nos petits égos.

    Nous formions un couple alchimique bien avant que Kundi ne débarque.

    Kundi n'aura été que la conséquence d'un chemin emprunté au hasard en apparence, mais en fait finement calculé par la Providence.

    On vit de longs et beaux moments silencieux et télépathiques.

    Nos moments intimes sont choisis, sanctifiés dans la Chambre Nuptiale, sacralisés et jamais vulgaires ni communs.

    Les enfants ? Ma femme en a deux, et 3 petits enfants, un autre en route.

    En épousant cette femme, j'ai épousé toutes les femmes.

    En recueillant ses enfants, j'ai adopté l'Humanité.

    Maintenant je m'efforce de me faire adopter.

    Par l'Univers et ses Dieux.

    Nous les Heureux Elus !

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais connu l'amour humain...je ne sais pas ce que c'est, mais en réalité, ce n'est pas un hasard : l'amour pour une femme ou un homme ne m'intéresse pas. Je suis hybride auto-suffisant, ce sont les animaux qui me complètent. Laïka, c'est le sommet canin de la fusion que j'ai connue. Laïka, a eu le bonheur qu'enfant je n'ai pu donner à Mira...A croire que Mira s'est réincarnée... je me pose des questions. La femme et l'homme intimes me dégoûtent. Les 2 sont des portes infernales...j'ignore comment tu peux vivre ça...pouah ! je peux l'écrire, l'inventer...mais le réel, impossible.

      Supprimer
  10. Je vis cela justement car ce n'est pas de l'amour.

    Disons que tu vis plus avec les forces panthéistes de la nature, tu te vis en âme.

    Mon Être préfère celles de l'esprit. Je vis plus en l'Esprit, "sachant" que l'âme est mortelle et se dissous dans son esprit groupe après la mort.

    Je ne souscris pas à la survie des âmes individuées.

    Mon âme n'est que le juge de paix de l'Esprit, mais je ne m'y assimile pas.

    Vivant en l'Esprit, je puis supporter les affres de la chair et la magnifier, car je sais que cette chair n'est que de l'énergie manifestée et stabilisée.

    C'est aussi con que ça

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi ? Je suis en désaccord complet avec ce que je comprends, mais je ne comprends que peu... bien sûr, bon sang, que l'âme individuelle survit à la mort... tu plaisantes ou quoi ? Mon amie Orlane s'est montrée 3 mois après son départ...et Useppe, 3 jours après son départ...Laïka s'est manifestée 2 fois à ma mère...Qu'est-ce que tu racontes ???

      Supprimer
  11. Kundi est farceuse, elle te fait voir dans les périodes complexes ce que tu as envie de voir.

    Ton inconscient attend un signe, l'astral fait le boulot.

    C'est l'Âme qui survit ou l'Esprit ?

    L'Âme supporte la Vie. Mais elle doit être mise au service de l'Esprit, non pas le notre, mais celui qui nous baigne, la grande conscience universelle.

    Si elle ne l'est pas, c'est LUCIFER, AHRIMAN et les AZURAS qui nous attendent.

    Il y a ce qu'on veut, et ce que l'Univers autorise.

    A nous de le comprendre, même si la mécanique céleste est farceuse (astrologie, éthers pas forcément en accord), mais pas incompréhensible pour celui qui se met au SERVICE des 2 flux déformés par l'Univers manifesté.

    Cela passe par deux approches différentes et simultanées: par le sang (Esprit) et par les sens (système nerveux).

    L'Esprit du sang "éthérisé" maîtrise les sens et les nerfs.

    C'est le sens métaphorique du sang versé par le Christ.

    Il ceint ses REINS (filtre) de la Vérité (du sang purifié en accord avec l'Esprit de l'Univers manifesté).

    C'est la voie chez nous autres. Le Tao en Orient.

    Il a fait cadeau de son sang "éthérisé" au Monde.

    En pratique, LE MOMENT où l'individu tribal s'est détaché du sang hérité tribal pour fabriquer son propre SANG individué, la sortie du monde animal et tribal.

    Ce truc nouveau a été appelé LIBERTE.

    C'est la Raison de ce que nous appelons le MAL : un décalage entre AMOUR ET VERITE, entre une qualité nouvelle du SANG qui indivise vs l'ancien SANG tribal.

    D'où le conflit juif/Chrétien.

    Le Chrétien essaie de vivre en Dieu vivant, le juif applique les lois de son Dieu mort.

    De ce décalage est né un combat de titans de tous les temps, liberté est son enfant.

    La FORCE de l'ESPRIT (Force/Amour/masculin) féconde la FORME (Forme/Vérité/Féminin) selon la VOLONTE souveraine (Trônes, Brahma, Kéther)

    Chokmah/Binah, Séraphins/Chérubins, Vishnou/Shiva.

    Pour ce qui me concerne, ces deux lignes énergétiques sont vivantes, et étant vivantes sont insaisissables.

    AMOUR et VERITE sont bien des entités conscientes et vivantes, sinon, il n'y aurait RIEN, et nous ne pouvons les maîtriser, on ne maîtrise un papillon que mort avec un clou de collectionneur, mais vivant il est insaisissable.

    AMOUR et VERITE doivent donc être VECUS, et c'est précisément la RAISON de notre présence temporaire ici bas, vivre cette expérience divine du mariage alchimique des DEUX en PLEINE CONSCIENCE.

    L'ENFER c'est RIEN. QUELQUE CHOSE est le PARADIS.

    Parfois AMMOUR est en avance dans son cycle sur VERITE et inversement, ce qui provoque un décalage et donc ce que nous appelons le MAL, le purgatoire terrestre.

    Ces deux flux énergétiques finissent en ondes de formes stabilisées que nous appelons MATIERE.

    Physiquement, ce sont des ondes scalaires.

    Je fais donc le choix de la VIE et ne m'embarrasse pas des morts (forts nombreux derrière moi pour ce qui me concerne).

    Mais, je n'ai pas choisi tout cela. Génétique, Amour de mes parents, éthers, astrologie, m'ont conduits là où je suis.

    Je me vis comme une étincelle de VIE stabilisée provisoirement dans la MATIERE qui prépare son changement de niveau énergétique pour gagner les hiérarchies angéliques, au service de tout l'univers et de la VIE.

    Cela me coutera mon Âme, mon égo, mon corps.

    Mais si un tout petit soupçon de le la parcelle d'Esprit que je serais parvenu à purifier survit, alors ce sera mon cadeau à tout l'Univers, au prix de ma tête, comme Jean Le Baptiste, mon SEUL AMI.

    Chacun son chemin, c'est ce qui fait le charme de la VIE.

    Tof

    RépondreSupprimer
  12. C'est délicat.

    Survivance de l'âme ou de l'esprit ?

    Qu'est-ce qui se manifeste exactement ?

    Ces "revenants" sont ils "revenants" ou des souvenirs oniriques paraissant réels manifestés par l'expérienceur ?

    Le phénomène ovni est tout à fait similaire.

    Des empreintes fantomatiques ou des entités vivantes ?

    La synastrie des thèmes astraux (thème natal/thème du jour, thème natal/thème de l'apparition) le jour de l'apparition donne souvent la réponse.

    L'âme retourne certainement à son groupe et s'y dissous.

    L'empreinte énergétique finit aussi par se dissoudre.

    L'Esprit peut retourner au "plérome", changer d'état énergétique et participer au grand jeu.

    Seule la fraction en accord avec l'univers survit au service des éthers de vie.

    Je me verrais bien aider à former un système solaire pendant la mort.

    je suis bcp plus dingo qu'on ne croit.

    Je tente l'aventure angélique post mortem en étant presque sûr de me casser les dents.

    Tout est dans ce presque.

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne voyons pas les choses pareillement, l'âme est individuelle..."L'âme retourne certainement à son groupe et s'y dissous."... si tu penses ça, tu n'as pas la foi...comme le dit Leila del Monte, qui parle des animaux... "même dans l'âme-groupe, les âmes sont individuées"...

      Supprimer
    2. "Kundi est farceuse, elle te fait voir dans les périodes complexes ce que tu as envie de voir.

      Ton inconscient attend un signe, l'astral fait le boulot." Justement, non, elle ne me fait rien voir du tout, c'est ce que je déplore.
      Quand une amie m'est apparue, je n'attendais rien du tout. Le deuil de cette si tendre amie fut imprégnée d'un chagrin doux parce que je savais que ce fut son choix. Ce que j'attends et qui ne vient pas, c'est comme pour mon chat et mon amie, un coup de massue surnaturel qui me fasse comprendre : "c'est toi" ! Tu conceptualises et théorises trop...tu joues le jeu des rabbins avec leurs conneries. Bien sûr que tu es un ange individualisé, espèce de nigaud de Totof ! D'abord...et c'est ce qui m'intrigue dans ton cas, quels ont été les phénomènes paranormaux auxquels tu as été confronté ???

      Supprimer
  13. Il y a un monde astral à nos côtés, je n'en disconviens pas. C'est l'interprétation de ce monde qui me pose problème.

    On vit avec un bestiaire à nos côtés. Tout est hantise sur cette planète, et il y a des millions de choses que nous n'expliquons pas au regard de ce que nous comprenons vraiment (pas grand chose).

    Avoir accès à ce monde de l'astral ne veut pas dire que nous ayons accès à un "au-delà", mais à un "à côté".

    Les vrais spirites ont déterminé que les "esprits" qui se manifestent sont vivants et farceurs. Ils usent des souvenirs des interrogeants pour se faire passer pour leurs défunts.

    C'est quasiment de l'auto hypnose.

    Ta conscience n'attendait rien. Mais l'inconscient ?

    C'est le miracle de l'Homme. Nous sommes bcp plus que ce que nous croyons être. Ce bcp plus se manifeste de façon qualifiée de paranormale.

    Je passe des nuits sous les étoiles ou mon télescope. En mer, quand je naviguais, c'était technicolor. Jamais rien vu d'anormal dans le ciel. Jamais. Je ne suis pas sensible au phénomène.

    J'ai vu tourner la roue des chakras devant mes yeux, j'ai vu certains de mes organes intérieurs, des poltergeists se manifester (coups dans les murs assourdissants, lumières qui claquent, four de ma mère qui brûle, ....), mais de revenants, non.

    Des phénomènes de nature énergétique liés à Kundalini.

    L'égo a bien plus d'un tour dans son sac, et je me méfie particulièrement de l'interprétation que l'on donne aux phénomènes paranormaux.

    C'est justement car j'en ai vécu que je m'en méfie.

    C'est réel, ça existe, mais en fait on la bonne interprétation ?

    Réalité n'est pas vérité.

    Ce que je ressens de plus paranormal, c'est le sentiment d'être habité, de sentir l'Esprit couler en moi.

    Une rivière nourricière dont on ne peut saisir la moindre goutte.

    Je crois bien que ça s'appelle la VIE.

    C'est dans la poitrine, ça sort du cœur.

    Mon pauvre intellect en est le spectateur ébaubi.

    Tout se qui se raccroche à ce qu'on qualifie de paranormal n'a pas cette qualité.

    Je vois bien qu'un genre d'enveloppe énergétique peut survivre provisoirement post mortem. Une empreinte. Mais ce sont des coquilles vides errantes.

    Que peut bien foutre un mort sut terre au regard de tous les possibles qui s'offrent à lui ? Rien, sinon regarder se déliter son ancienne enveloppe énergétique.

    Quand je parle de survie post mortem, je parle de la survie de l'Esprit purifié au contact de l'âme transformée.

    C'est un changement de nature énergétique.

    C'est mon trip paranormal à moi.

    Différencier ce qui est de la nature terrestre de la nature universelle, et amener le plus de ma nature terrestre vers l'universel en laissant les choses mortes aux choses mortes.

    Ce qui m'intéresse dans la mort, c'est la VIE.

    Je ne m'attends pas à retrouver mes disparus post mortem (je m'en fous totalement d'ailleurs), mais plutôt à retourner à l'école.

    Une école pour les Pistis Sophia, les âmes en éveil qui auront déjà fait une partie du boulot sur terre en conscience.

    Une étincelle d'Esprit assez pure pour être utile à l'Univers.

    Je suis pareil à ces clébards galeux dans les SPA qui attendent d'être adoptés.

    Mon problème, c'est l'adoption !

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens au contraire à retrouver mes disparus... Tu t'en poses de ces questions jusqu'à l'inutile ! Tu es pire que moi...ça n'empêche pas notre affection...Personne parmi tes vrais amis ne t'a jamais dit d'arrêter de phosphorer ? Ta machine cervicale tourne trop ! Fais le silence... ça me fait rire venant de moi qui bargeotte, mais là, j'ai trouvé mon maître...Ah, ah, ah...

      Supprimer
    2. Pour Totof !
      https://www.youtube.com/watch?v=rmJSoUEwKd0

      Supprimer
  14. Coucou l'Ami ! J'espère que tu vas bien, je venais vers toi car je suis tombée sur une vidéo sur la kundalini, j'ai vraiment réalisé que c'était toi en écoutant, j'ai évidemment commandé ton livre sur amazon, me suis détachée naturellement des réseaux sociaux, je préfère regarder en dedans de moi afin de de faire connaissance avec cette parcelle divine qui n'arrive pas à s'exprimer dans ce monde de dingo, méditations, lectures et études sérieuses des textes scripturaires védiques, mes études d'herboristerie, rien de jouissif pour le commun des mortels, ( va engager des discussions sur la mystique ou la gnose avec les gens lol) en dépit de cela, j'aime énormément cela, mon Chat
    a quitté son corps la semaine dernière, je sais qu'il est arrivé à destination et que tout va plus que bien pour lui..Voilà..Je t'embrasse bien fort et au plaisir
    de te lire. " Eva Moir "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Eva..merci... les réseaux sociaux m'ont tous bloqué...j'espère que ces lectures ne te mettront pas à terre, car le processus étant infernal au départ, j'ai crée un décor de carton-pâte assez terrifiant autour de l'axe d la Kundalini qui lui fut bien réel, et encore plus terrible en vrai que par écrit...

      Supprimer

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs. En aucun cas 'Le Brebis Galleux" ne saurait être tenu pour responsable de leur teneur, non plus que des propos tenus par "Le Brebis Galleux" lui-même, que ce soit dans les commentaires ou dans le corps même des messages.Le Brebis étant schizophrène, avec certificat émis par le Dr AX, neuro-psychiatre de l'université de Strasbourg..Aussi, allez-y, ne vous gênez pas. Cependant, la malveillance sera sabrée, et éventuellement tracée, et une plainte sera déposée s'il y a persistance....La modération a été mise. Plus aucun message ANONYME NE SERA ACCEPTE, et je ne répondrai plus aux inconvenants ou aux messages déplacés.