mercredi 4 avril 2018

78 anni e sempre qui


Après le succès 2016 de Minacelantano, 
voici "Maeba", la nouvelle œuvre
de Mina, n'en déplaise à Patty Pravo,
qui, plus liftée qu'une momie
reproche à Mina
d'enregistrer sans paraitre sur scène depuis
40 ans.
Johnny enfoncé. 
Il n'en est, dans son cercueil qu'à 110 millions de disques, Mina dépasse, elle, les 150
avec pour marchés essentiels
l'Italie et le monde hispanique.
La voix, bien sûr,  est plus rauque,
car avec l'âge, elle baisse souvent au minimum d'un tierce, si ce n'est d'une quarte. 
78 ans, et 60 de carrière, qui dit mieux ? 
 Marcelline de la Licorne, tu glandes ou quoi,
vite, qu'avec ton pipeau,
nous  composions une  des canzoni
que Mina reçoit, et qu'importe que ce soit par milliers, qu'elle écoute,
et dont elle enregistre 12 titres par an. 
"E possibile inviare brani musicali"...
Lo muovi il tuo boop ?
Marcellina, lo capisci bene l'italiano, no,
o aspetti ancora un regalino-regalino da 
Franceschinetto di Palermo ?






10 commentaires:

  1. Personne. 0 commentaire. Que la honte tombe sur vous tous...

    RépondreSupprimer
  2. Meeeeeeuh non, on est là, on a même découvert ce nouvel album avec délices.

    Le clip est pas mal fait du tout, y'a du sens et de l'esthétique, c'est bien léché et la voix est toujours là.

    Mais il y a quelque chose dans l'air qui gâche le plaisir.

    On a tous l'impression d'être l'orchestre du Titanic ta mère.

    On a déjà cédé nos places dans les canots aux femmes et aux enfants.

    La flotte à l'air bien froide 20m en dessous.

    On dirait de l'acide.

    On regarde vers le haut, on se met à rêver ne pas être musicien mais l'albatros qui s'apprête à faire un long voyage.

    Mina elle en pense quoi ?

    Elle aussi elle cherche les ailes qui l'emporteront.

    Je crois même qu'elle en supplie le ciel.

    Tof

    RépondreSupprimer
  3. Dai dai, arriva !!! sa voix est plus douce avec l'âge, j'aime mieux, quoique "ancora ancora" reste une merveille ! ma perché un zufolo per Marcelline? avevamo cominciato un testo mi sembra no?
    non ho più regalino da Francesco ! :(
    marcellina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Uno Zufolo...davanti a una Z, "Lo" ! Mina non accetta i testi...solo delle musiche originale...move le boop...

      Supprimer
  4. “Via Ciani, 13 – 6900 Lugano – CH “
    Tiens, tiens c’est assez plaisant …
    Mes premiers voyages retours en Italie.
    Je préférais y arriver (depuis Lyon) par la Suisse.
    Depuis le Valais ou le Tessin.
    Peut-être pour y arriver le plus tard possible ?
    Tout d’abord comme un coup de blues.
    Des espaces trop abrupts, trop fermés et puis cette impression d’encombrement désordonné.
    Trop artificiel, trop ‘’aménagé’’, pour les rares espaces ‘’ouverts’’ restants.
    Et puis, peu à peu et malgré tout, cette perception inattendue d’une nouvelle lumière dedans et autour de soi.
    Au début, n’y étant pas habitué, celle-ci ne venait que rajouter à mes agacements, à mes impressions d’être dans un ailleurs énervant et surfait :
    Le Tessin, la Suisse Italienne, voir même pire : l’Italie !
    Mais non, la Suisse italienne c’était déjà bien le début de cette lumière différente, si vive, si transparente.
    Aujourd’hui ceci est devenu comme une habitude dont je ne pourrais jamais plus me passer.
    C’est à chaque fois comme une résurrection.
    Quelque chose d’atavique, de génétique.
    Et puis les lacs !
    Lac Majeur, Lac de Lugano, …
    Et cette même lumière sur tous ces lacs et surtout l’instant UN où cette lumière a pour la première fois, et définitivement, été sublimée pour moi sur un petit lac avant le Lac Majeur (le lac Mergozzo).
    La première fois où je me suis arrêté à Lugano j’ai presque eu peur de salir les pavés du centre-ville tellement ceux-ci semblaient venir d’être revernis de la veille et recirés du matin.
    Un peut trop coincés les suisses italiens peut-être ?
    Beaucoup trop embourgeoisés assurément.
    Enfin comment leurs en vouloir ?
    Avec cette influence ambiante et mortifère : la crème de la juiverie bancaire qui s’est littéralement appropriée la ville de Lugano !
    Je crois deviner que Mina à eut beaucoup de goût et d’intelligence de choisir cet endroit pour y habiter.
    Goût superbe ou … dédain suprême ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mina y est depuis 1967 quand elle a crée sa maison de disques : PDU. J'étudie beaucoup la météo. Lugano, c'est le point chaud de la Suisse, et tu as la propreté de la Suisse et la beauté de la langue italienne. Je n'ai pas tout compris de ton texte, sauf que j'exècre la Suisse, c'est insupportable et même ce pays m'effraye. Je m'y sens mal à l'aise, mais alors quand je débarque en Italie, c'est soudain, le miracle !. J'y suis allé en 2011 avec Laïka qui a souffert de la chaleur, mais les stations service sur l'autoroute avec le café gratuit entre minuit et 5 heures, je n'en suis pas revenu. Je me souviens, il était sans doute 3 heures du matin. Je demande "un caffè"...quanto fa... l impiegato : è gratuito...si, okay, lei scherza, ma quanto fa. .."no, è gratuito". Je n'en suis pas revenu...Je ne sais pas si les impôts sont lourds ou non en Suisse. C'est bizarre que ce soit couru, car ce pays est hors de prix, c'est monstrueux. Par contre, je ne savais pas que les chapeaux noirs de la finance s'y étaient aussi installés.

      Supprimer
    2. Très bonne idée que ces ‘’caffè’’ de nuit !
      J’ai moi aussi connu quelques bonnes surprises de ce genre en Italie.
      Pour en revenir à la Suisse ; beaucoup de gens que je connais (pour ne pas dire la plupart) ont la même réaction que toi.
      Et c’est assez explicable. Surtout depuis une trentaine d’années.
      Il faut bien reconnaître qu’il est invivable de traverser un pays où ne serait-ce que prendre un café justement devient ruineux !
      Et tout à l’avenant ; alors pas question de s’y arrêter manger dans un restaurant, d’y passer une nuit à l’hôtel, etc. … à moins d’avoir des revenus de cadre supérieur.
      Si tu avais connu la Suisse dans les années 1960 / 70 tu en aurais surement une toute autre idée.
      À l’époque j’étais un gamin et nous nous y rendions souvent avec mes parents pour une journée à Genève, une escapade dans les monts du Juras ou vers les lacs … Il me faut reconnaître que mon père ‘’gagnait bien sa vie’’ et que de ces temps la valeur du Franc suisse était à peut-près équivalente à celle du Franc français (elle oscille aujourd’hui entre 3 à plus de 4 fois plus !)
      J'ais même passé quelques semaines de vacances dans les monts du Jura suisse et aussi vers Gruyère avec d’autres gamins, suisses ou français, à crapahuter, monter des ‘’camps’’, …
      Je crois que jamais je ne suis revenu aussi reposé de vacance depuis !
      Beaucoup s’étonnaient comme moi de constater à quel point l’on y dormait bien la nuit !
      Se sentant à nouveau au réveil presque aussi ‘’propre en ordre’’ … que la Suisse.
      Et puis passé la première impression de froideur qu’ils me donnaient j’avoue que je finissais souvent par préférer les ‘’petits suisses’’ aux ‘’petits français’’.
      En mieux les connaissant je mesurais leur honnêteté foncière, leur franchise, leur sérieux, leur discrétion … généralement très ‘’différentes’’ de celles des petits français.
      Enfin … c’est déjà vieux tout ça.

      Supprimer
  5. Il me semble que Brenn parle d'une certaine lumière propre à certains endroits, de ces lumières qui coulent dans les veines après avoir pénétré la rétine, ces lumières enveloppantes qui unissent l'être aux paysages et lieux, cette lumière vivante.

    Goethe était le plus fortiche pour en parler par la poésie :

    DEDICACE

    "Le jour vint ; ses pas effarouchèrent le sommeil léger qui me tenait doucement enveloppé, si bien qu'éveillé, je quittai ma chaumière silencieuse, et gravis la montagne, le cœur dispos. J'admirais à chaque pas la fleur nouvelle qui s'inclinait sous le poids des rosées ; le jour nouveau se levait avec enchantement, tout se régénérait pour me régénérer.

    Et comme je montais, du fleuve de la prairie un nuage s'éleva par bandes vaporeuses; il fondit et flotte pour m'embrasser, et ses ailes en grandissant s'étendirent sur ma tête. Adieu désormais le beau paysage, un brouillard épais voilait la contrée; bientôt je me vis comme noyé dans les nuages, et dans le crépuscule enfermé seul avec moi même.

    Tout à coup le soleil sembla percer, une clarté rayonna dans le brouillard. Là je le voyais s'affaisser doucement pour disparaitre, plus loin se partager en s'élevant du bois et des hauteurs. Qu'il me tardait de lui donner le premier salut ! Longtemps fut douteux le combat aérien, une vive lumière m'entoura et je restai ébloui.

    Bientôt, les yeux ouverts, un élan intérieur me rendit l'audace, mais je ne hasardai qu'un rapide coup d'œil, car tout semblait brûler et flamboyer. Alors, portée sur les nuages, une femme divine flotta devant mes yeux, plus belle image ne m'apparut jamais, ses regards fixés sur moi, elle s'attardait à plaisir dans l'espace.

    Ne me connais tu pas ? Dit-elle d'un accent d'amour et de tendresse, me reconnais-tu, moi, qui dans mainte occasion répandis sur tes blessures le baume le plus pur de la vie ?

    ....

    La suite ici :

    https://books.googleusercontent.com/books/content?req=AKW5QaeiqNql5jzO3yK8Wo4z5HUqg6w5E7DlcQDxEcple6tiz5IqKpULh6ROqDkGOxK6fa4aaxws4c7q4JLGk3wxd-7FvnHt29D_OKM-Z2afqzmdVBg2_y3vLIX-jiKgLGBN13rCW9cBwXJz87Lt2ZtmSlZ3FhF0bFq65jc56mSurOVqTjaKfZH431JMMUxc5BS4HDR5SEcTreEr3Lq2tkshK3BxBdKKNUqNyvGwY4ph-Uk8QqkZUjw9kPV9RSb_hZYk5fluIUdQ

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment très beau en effet.
      Très beau.
      Lumineux, puis sombre, et puis enfin plus que cela ... limpide !

      Supprimer

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs. En aucun cas 'Le Brebis Galleux" ne saurait être tenu pour responsable de leur teneur, non plus que des propos tenus par "Le Brebis Galleux" lui-même, que ce soit dans les commentaires ou dans le corps même des messages.Le Brebis étant schizophrène, avec certificat émis par le Dr AX, neuro-psychiatre de l'université de Strasbourg..Aussi, allez-y, ne vous gênez pas. Cependant, la malveillance sera sabrée, et éventuellement tracée, et une plainte sera déposée s'il y a persistance....La modération a été mise. Plus aucun message ANONYME NE SERA ACCEPTE, et je ne répondrai plus aux inconvenants ou aux messages déplacés.