jeudi 4 janvier 2018

Et maintenant ?




Marginal ayant perdu toute magnificence,
et sa dignité, 
espèce de loque humaine, coincé entre deux verres de gnôle, car le vin ne fait plus d'effet, 
et entre deux cachetons, mangeant à peine, me voici perché au pinacle du promontoire de ce piton rocheux qu'est la solitude.
Et face au vide et au vertige, les questions se 
posent : 
Sauter ou quoi ? 
Sinon, que  faire, de cette vie,
que j'ai du mal à percevoir comme mienne, puisqu'elle n'est plus "vie", mais "survie".
L'axe de ma trentaine fut Useppe, ma féline,
et celle de ma quarantaine, ma petite louve.
Si lee scénario et le cirque des humains me lasse.
ceux des animaux nous enchante, sans amour animal, mon esprit et mes cannes vacillent.
N'étant point amoureux de l'humanité,
à un cœur broyé, déchiqueté,
anéanti,
par la perte de ce qu'il a de plus cher au monde,
que lui reste t-il à œuvrer
à la surface d'un globe qui ne l'intéresse peu ?
Comment réagissez-vous devant la dépouille de l'être cher et aimé ?
Les humains qui ignorent ce que c'est que l'ultime souffrance
nous ennuient.
Ils nous sont inutiles, ils ne nous apprennent rien.
Ceux qui se clament "heureux" sont à nos yeux comme de l'huile fécale puante qui nous coulerait 
sur les mains et dans le gosier,
du jus de cul.
Ceux qui n'ont pas connu la désespérance fondamentale
sont autant de péquenauds spirituels.
Néanmoins, notre empathie est sélective, 
seule la souffrance animale et, humainement,
celle blanche et goye nous atteignent,
qu'importe celle de peuplades et des ethnies qui ne sont pas nôtres, et qui ne seront jamais des nôtres,
d'où le mépris viscéral que nous portons vis à vis de la république,
ce sac à merde et ce fourre-tout,
qui unissent la carpe et le lapin, le sub-saharien
et l’ashkenaze, le basané et le gay, etc.
Et encore, notre mépris ne s'arrête pas là, 
il se poursuit, avec des tentacules, pour ces mêmes blancs qui se réclament des valeurs huileuses de la gauche et de l'humanisme,
qui graissent la planche
qui nous mènent depuis la margelle dans le fond du puits pour nous y noyer.
Parmi les dissidents, grande  est notre admiration pour Fabrice,
isolé, vivant des évènements personnels difficiles
et ce, dans sa chair,
loin des narcisses à foison qui pullulent 
dans cette dissidence de pacotille,
attaqué par les officines du malheur,
et désormais par le diable en personne : 
le Chkrif ! 
Écoutez le son qui se dégage de l'odieux Acronyme,
 quasi infernal.
Entre "Griffe", "Grinçant", "Crik", "Fric", "Cruel"...
Juste un  gond crucial de porte de la demeure hantée qu'est la pauvre maison France nécrosée, macronisée, qui grince et couine.


Gribouille,
 auteur, chantre du mal de vivre, 
 chanteuse au timbre inégalé,
 qui, faute d'être de la caste, ne verra jamais les honneurs dus à son rang.
Avec Barbara, c'est la plus forte,
loin et bien au-delà de l'insoutenable brailleuse Piaf, mi-boubougne, rappelons-le,
ou que l'autre braillard odieusement antiraciste,
 et immigrationniste, sieur Balavoine. 
Qui a déjà entendu Gribouille à la radio ?
Personne !
Qui la cite ? Personne !
A part Zaniboni, chanteuse qui est restée cantonée
aux abîmes de la chanson.
Seule Eva passe de temps en temps sur RCF.


La reine, aux yeux déterminés et fixes de Myosotis, englouties dans les herbes folles,
creusant la terre au milieu
des graminées et des bruyères 
des Hautes-Chaumes.




17 commentaires:

  1. Ça me fait de la peine de lire ce billet, connaissant exactement l'étape infernale par laquelle tu passes. J'aurai tellement aimé avoir deux ou trois petit trucs à te donner pour que tu ailles mieux, mais c'est impossible d'aller vraiment mieux après une perte aussi incommensurable que la perte de celle qu'on aime profondément. Je dévore des tonnes de livres pour avoir la tête ailleurs. Je vais, de temps en temps seulement, me balader là où mon Astuce aimait le plus se déchaîner (dans tous les sens du terme). Il n'y a pas une journée qui passe sans que le manque me hante, jamais. Je fais plus de billets sur la condition indigne de l'animal dans cette république universelle que sur la domination des banksters sur la populace (qui aime sa servitude et en redemande) parce que, comme toi, la tournure que vont prendre les choses me laisse froid, sans aucune pitié pour ces êtres dits "humains" capables du pire. Seuls quelques personnalités sortent du lot. Les autres se complaisent dans ce monde cruel et impitoyable (comme disait l'autre). Monde cruel et impitoyable surtout pour nos adorables petites crapule de tous poils. Astuce est partie le 12 mai 2015. Cela fera donc trois ans en mai prochain, pourtant je ne vais pas mieux. Je vais aussi passer part cette étape toujours difficile, "un an", avec la disparition de sa petite sœur Poupoune, partie, elle, le 22 janvier de l'année dernière.

    Je ne me suis jamais senti bien dans ce monde de lâches, de pervers, de crapules en tout genre. J'ai pensé bêtement que le fait de connaître et de comprendre le pourquoi du comment m'aiderait à aller un peu mieux. Erreur énorme. La seule (toujours avec moi partout) qui pouvait me donner un peu de bien-être, de calme, de douceur, etc., s'appelait Astuce.

    J'espère de tout cœur que tu arriveras, non pas à guérir, car à mon humble avis c'est impossible, mais à tenir le coup pour celles et ceux qui aiment ta présence, sans oublier tes billets sans la langue de bois habituelle, ici et maintenant.

    À ta Laïka chérie et à mon Astuce adorée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Merci beaucoup JF...une amie m'a prévenu : tu vas passer du chagrin à la tristesse...j'ai dû passer hier une nuitée à l’hôtel, sans Laïka...j'ai mis 1 an à faire nettoyer ma voiture car je ne voulais pas la laver de ses odeurs...
      J'ai contacté une médium animalière, elle m'a fait 2 ou 3 révélations. Ma mère a eu un signe très fort. Ma sœur aussi...et moi sans doute. Je n'arriverais pas à faire ce que tu fais, me promener là où j'allais avec Laïka...impossible encore. Et pourtant, il semble qu'ils soient à côté de nous mais le chagrin nous noie.

      Supprimer
    2. @3 ans après, Astuce te manque toujours autant ? Oh, mon dieu...! Oui, ces dates ! Oh, ces dates...mais tu n'as jamais reçu de signe ? Tu peux contacter une médium animalière, j'ai des coordonnées si tu veux...ça aide un peu...

      Supprimer
    3. Elle me manque toujours autant oui. Je n'ai pas pu aller là où on se baladait pendant un bon moment (plusieurs mois). Mais un jour, j'ai eu besoin d'y retourner. J'y vais régulièrement depuis. Je n'ai pas reçu de signe, ou pas perçu peut-être. Je n'ai pas besoin d'aide, mais merci à toi, Chris. Le jour et l'heure des retrouvailles approchent. Reste plus qu'à attendre patiemment.

      Supprimer
    4. Être sans signe est inenvisageable ! Heureusement que mon entourage en a eu... de mon côté, j'ai eu un très beau clin d’œil...

      Supprimer
  2. QUE DIRE FACE A TANT DE DOULEUR ? SINON QUE TOUS CONNAISSONS LA PERTE D UN ETRE CHER. IL NE RESTE DONC QU A APPRENDRE A VIVRE AVEC L ABSENCE PHYSIQUE MAIS CONTINUER A VIVRE AVEC TOUS LES MOMENTS DE BONHEUR PARTAGES QUI N APPARTIENNENT QU AU DOMAINE DE L INTIME, DU VRAI, DE L INOUBLIABLE. SOYEZ POUR CHACUN DE NOUS UN TEMOIN DE LA VIE DE LAIKA QUE NOUS AVONS DECOUVERTE GRACE A VOUS. SI VOUS DISPARAISSEZ QUI DONC CONTINUERA A L AIMER, ET A NOUS LA FAIRE AIMER ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Trop tard, je l'ai inscrite dans vos cœurs...Merci à vous...

      Supprimer
  3. On disait qu'ils ne leur manquaient que la parole :

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-5231671/Siberian-Husky-tells-owner-loves-her.html

    Quelques aphorismes de circonstance :

    http://www.lelibrepenseur.org/apologie-de-la-fidelite-par-lotfi-hadjiat/

    Tof

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que quand elle venait s'asseoir face à Napoléon ils se parlaient, ils étaient sphinx chacun à leur manière, s'abreuvaient à la même eau de ma fontaine, l'un au soleil, l'autre à l'ombre, quel joli tableau dans ce jardin fleuri ! ça me fait tout bizarre de te voir sans Laïka, comme s'il te manquait une partie de toi, plus de "giro", mon Dieu qu'elle me manque aussi ! mais toi tu es là ! N'oublie pas !
    Ta misanthrope Marcellina
    “La misanthropie est presque toujours une grande vanité cachée sous une peau de hérisson.”

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Penso spesso al giretto, Marcellina, lo sai...Grazie.

      Supprimer
    2. Si, ambidue erano due sphinge...

      Supprimer
  5. "Et encore, notre mépris ne s'arrête pas là, il se poursuit, avec des tentacules, pour ces mêmes blancs qui se réclament des valeurs huileuses de la gauche et de l'humanisme, qui graissent la planche qui nous mènent depuis la margelle dans le fond du puits pour nous y noyer."

    Très belle image Brebis, et si vraie !


    De mon côté, je continue de m'occuper au jour le jour de ma minette en fin de vie. J'ai bien cru hier et ce matin que cela allait être la fin. Il n'y a pas de lendemain, seulement le moment présent. Parfois, elle me regarde longuement, je crois y voir un sourire réconfortant de sa part. Nos deux regards se croisent et se plongent l'un dans l'autre et je pleure son départ prochain. Elle est relativement sereine et a encore quelques (rares) bons moments. Mais elle et moi comprenons que bientôt nous serons séparés sur ce plan d'existence. Quand tu parles de survie, je ne le comprends que trop. Je vois bien les regards compatissants de l'équipe vétérinaire quand je vais chercher son traitement. Il faudra bientôt que je la laisse partir...

    J'y perdrai mon coeur.

    Je m’enfermerai sûrement pendant très longtemps dans le travail en espérant des jours meilleurs et le retour du printemps. Je serai ivre de travail et... d'alcool à défaut de ses ronronnements. Pas pour oublier mais pour anesthésier la douleur. Je la remercie encore chaque jour d'avoir été là toutes ces années pour moi.

    Que dire d'autre à part que ces souffrances que nous vivons sont si fortes que la plupart des gens ne les comprennent pas...


    Bien à toi Brebis, à la belle Laïka et aux autres qui ont vécu ou vivent la même chose.

    RépondreSupprimer
  6. @Bunker...Un tel amour est ce qui nous approche le plus de l'amour divin, alors, l'arrachement !...Pense à elle...rien ne sert de trop prolonger... ceux qui comprennent pas ? Laisse les tomber...

    RépondreSupprimer
  7. Cher Brebis Gallinacé à l'Ouest, ce que vous écrivez sur votre louve (Mira-)Laïka, depuis qu'elle est partie rejoindre l'autre rive, est en tout point bouleversant. Je lis lentement, avec peine, car vos mots si justes, et votre tristesse si vraie, si profonde, m'écrasent le cœur.

    Il y a un mois, j'ai un adopté un jeune chat, né un mois après le décès de Boudette, ma chatte adorée (l'être le plus affectueux qu'il m'ait été donné de rencontrer). Moi qui croyais mon cœur trop essoré par le départ de celle-ci, moi qui craignais de la trahir dans le simple fait de songer à aimer un autre être, eh bien j'ai fini par céder devant cette petit boule de poils. Car il ne s'agit jamais de remplacer qui que ce soit dans notre cœur, mais d'y faire plus de place pour d'autres êtres, d'agrandir notre cœur. Et puis, un chaton voyant le jour peu de temps après Son départ, eh bien, sans forcément y voir une réincarnation (j'ignore combien de temps cela prend, si le sexe peut changer d'une incarnation à l'autre, et même si les animaux sont concernés par tout cela...), j'y ai vu le signe d'une sorte de passation, de la vie qui continue, comme on dit... Je demeure tout aussi triste, mais il y a de la joie ajoutée.

    Courage, Christian, courage ! Et puisse la Vie vous faire retrouver la belle husky aux yeux de Myosotis, ici et maintenant, ou dans l'Eternité !

    Salutations amicales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise...Merci. Nos animaux nous rendent fous d'amour...Mon sommeil est gravement altéré. Je dormais comme un bébé, et me bourre de cachets pour me réveiller à 1 heure du matin ! Je ne cèderai pas. Il me reste mes chats. Tout ira à la fondation BB. RIEN pour les humains !
      Incarnation ? Pas ici et maintenant...le contrat d'âme est que je la retrouve là-haut, et que des signes flagrants me signalent sa présence perpétuelle à mon côté. Comme dit l'autre, change pas de main, je sens que ça vient. Ma sœur et ma mère ont été gratifiées. Pas moi, bien que j'aie reçu, hier, un sacré clin d’œil. Le texte de 1200 pages que je viens d'achever ne prendra pas preneur, sauf je crois sur la Toile. Je prends des notes car le voyage spirituel se poursuit. Je vais régler 3 problèmes, ensuite, m'isoler 2 mois avec un carnet, et écrire...

      Supprimer
  8. Tiens j'étais passé à côté de cette hommage désespéré. Finalement t'as pas sauté du rocher et moi non plus... Bof qu'est-ce que tu veux que je te dise, la vie suit son cours qu'on le veuille ou non.

    RépondreSupprimer

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs. En aucun cas 'Le Brebis Galleux" ne saurait être tenu pour responsable de leur teneur, non plus que des propos tenus par "Le Brebis Galleux" lui-même, que ce soit dans les commentaires ou dans le corps même des messages.Le Brebis étant schizophrène, avec certificat émis par le Dr AX, neuro-psychiatre de l'université de Strasbourg..Aussi, allez-y, ne vous gênez pas. Cependant, la malveillance sera sabrée, et éventuellement tracée, et une plainte sera déposée s'il y a persistance....La modération a été mise. Plus aucun message ANONYME NE SERA ACCEPTE, et je ne répondrai plus aux inconvenants ou aux messages déplacés.