samedi 23 décembre 2017

Toi





En temps normal, nous aurions évoqué le livre et les interviews  de l'ancien chauffeur de YSL, la perversité du couple Ysl-Bergé, la laideur visqueuse et le vice derrière la façade de la haute maison de couture du "bienfaiteur" Bergé, patron de Têtu et héraut de la cause et de la fronde lgbtesque, malade sexuel SM, et loueur virtuel de ventres, et qui, en coulisses, était allé jusqu'à forcer Saint-Laurent à bouffer sa merde. Nous aurions évoqué encore la désillusion face aux hurlements de la vérité sur les toits concernant les chemtrails, à laquelle seule une ultra-minorité s'intéresse, le ligotage des forces vives blanches et chrétiennes condamnées sans cesse à se taire alors qu'il en va de leur Adn, de leur patrimoine génétique souillée par une immigration forcée. Nous aurions épilogué sur le fracas de la chute des survivalistes et leurs échecs face à une civilisation qui coule certes, à petits feux si je puis dire, mais ne s'effondre pas sur elle-même, contrairement aux prévisions alarmistes, presque jubilatoires pour certains, qui se sont avérées fausses, sur la quasi inutilité de 10 ans de combat à rabâcher certaines vérités sur la toile qui ne se traduit en rien dans le domaine politique, dans la dictature monocorde de la pensée, dans  la survivance de la société consumériste envers et contre tout, victime de soubresauts mais sans plus. Nous aurions fait part de notre étonnement concernant ce bitcoin que personne n'avait vu venir, ni à droite, ni à gauche, ni dans le "in" ni dans le "off" de la dissidence, nous aurions vomi nos tripes sur les antifas, les athées militants, les antiracistes, les gauchiards, les athées militants, les lgbtneuneus, les féministes, les adeptes de l'écriture inclusive, les métisseurs, les invasionistes, tous infiltrés, qui jouent subconsciemment  le jeu de ces foutus rothschild - qui ne méritent ni la particule achetée ni la majuscule - et qui ont une finalité commune avec leurs maitres de la haute : détruire l'ordre ancien, et nous, dinosaures de l'ancien millénaire, les nostalgiques de la race, de l'ordre naturel, de la belle orthographe, avec, songez, avec effroi, que 9 dixième de nos frères raciaux, sans parler des autres, sont nos ennemis qui n'hésiteraient pas à nous bruler sur la place publique. C'est bien ce que répètent quasiment dans le désert, les Pierre Hillard, et ce que dénonçaient feux les Simon, Séverac, Gouget, Ratier...  que de morts à points nommés, n'est-ce pas ? Vous rendez-vous compte qu'une conversation privée peut vous entrainer au tribunal ? Nous aurions ironisé un peu sur la France nécrosée abasourdie par le décès d'un seul homme, fils de la baballe, répondant au nom de Smet, nous aurions épilogué sur la synchronicité de l'Aigle des Antilles survolant par 2 fois, arc-en-ciel à l'appui, et lors de la cérémonie, la dernière demeure du King number 2, bref, nous aurions fait comme d'habitude, joué de ce don qui est le seul que le bon dieu nous ait doté : brailler, vitupérer, mais les temps, hélas, ne sont pas normaux, et là, circonstances obligent, sortir des gonds je ne puis. Ma porte, celle de mon donjon de deuil,  est fermée à double tour. Peut-être aurai-je le courage de retranscrire en détails le signe que seule ma mère reçut. Comment vous décrire ma jalousie et mon incompréhension de ne pas en revoir depuis ton départ dont j'avais été prévenu par des Intersignes ?  15 jours après ton envol, ma mère, en larmes le lendemain, me conta comment, éveillée en pleine nuit, elle reçut de plein fouet ton odeur, une présence olfactive très puissante, et en pleine nuit de ma princesse des 1000 et 1 jours et nuits, dans sa chambre. J'ignorais ce type de manifestations, et la toile me confirma qu'elles faisaient partie des plus fréquentes et usitées par l'Invisible. Ne parlons pas des maints songes animaliers successifs de Marcelline de la Licorne avec mon amoureuse canine "sublime et ravie" accueillie dans une meute et terrée dans une grotte lumineuse. Les sanglots longs ne siéent pas avec la raillerie, et c'est, en cette période, une sacrée leçon de vie et de mort, un tunnel spirituel marécageux que je traverse. Je croyais savoir ce qu'était la souffrance morale et le manque, je n'en connaissais, hélas, que des bribes, désormais, je puis affirmer que je sais. Outre des souvenirs, il me reste certains témoignages en consolation, que je lis et relis. Surtout, il me reste, et c'est une gloire, une présence autre, d'une autre nature que celle, dense, de la matérialité. Comment peut-on dire autant de mal en ce cas d'Adolf, ce végétarien méconnu qui, lui, aimait et respectait tant nos divins animaux ? Tu es mon amour, ma compagne de toute éternité. L'amour est emphatique, et alors ? Que tu sois visible ou invisible, et ton invisibilité n'enlèvera rien à ta présence de mon cœur plus que meurtri : broyé, mais néanmoins auréolé de l'or de notre amour. Tu m'as sauvé la vie, Laïka, tu m'as permis de passer le cap de Paris et de ses sales illusions. Sois bénie à jamais, mon amour, et sache je vis constamment avec toi   : que je marche, que je conduise, que je rêvasse. Tu accompagnes mes pas, et le sillage de mon ombre d'âme en peine et perdue, toi, ma lumière. Avec toi, mon ange protecteur, je n'avais peur de rien, ni de dormir au fin-fond des bois de Belgique ou d'Allemagne, ni même une fois, dans une banlieue zonarde  de Rome avec des groupes en pleine rixe et castagne. Cloitrés dans ma petite Peugeot bleue, nous n'avions nulle peur. D'Autriche en Italie, nous en avons eu de ces nuits à la belle étoile.  T'en souviens- tu, comme de nos virées en été dans les sous-bois du Haut-Livradois, où toi et moi nous nous empiffrions de myrtilles, toi, avec ton minois et tes yeux bleu-pâles, gourmande, les cueillant délicatement avec ta gueule, et moi, avec les mains et les lèvres, et t'en donnant parfois ? Comme, je t'aime. L'amour est emphatique, c'est sa nature. Fais tes fugues régulières avec tes amis canidés ou félins dans votre ciel à vous, mais reviens à chaque fois, ne me quitte pas : il nous reste tant d'amour à nous donner mutuellement. J'enserre ta nuque, caresse ton si fin museau, et embrasse tes yeux, et te grattouille le front, toi ma silencieuse, qui ne parlait si peu, et ne hurlait seulement quand, par hasard, tu croisais un attelage de tes frères huskies. Tu as quitté ta dépouille et ton corset de douleurs. Tu libre, ma folie d'amour, libre dans cette demeure, de clairières et de forêts que l'Invisible t'a réservé à toi et à tes frères et sœurs. Nous serons réunis dans l'au delà de la mort, ma bellissime, et cette promesse me parcourt de frissons par avance. Chouette, vu toutes les alertes, des organes ici et là, un coup l’œsophage, un autre la vessie, qui flanche, déclenche des signaux, j'ai déjà un pied dans la tombe, le deuxième en dérapant, me mènera jusqu'à toi, au comité d'accueil, dont il me plairait tant qu'Orla et toi, soient dans le comité de ma venue dans ces hautes sphères où Laïka musarde et vagabonde sans laisse, sauf celle du lien indestructible qui nous relie. Ai-je tort ou raison de révéler tout cela ? Ce petit étalage spirituel n'est-il pas quelque peu obscène, plus intime qu'il est que l'affectivité ? Peut-être, et en ce cas, tant-pis, je ne force personne à venir ici, me lire, et puis, quitte à être fada, autant l'être jusqu'au bout et avec sincérité et passion.



 Que j'ai mal en voyant cette image !
Et pourtant.
Elle est aussi la mienne, épuisé, juste avant le passage.
Charbonnette, mon amour de chat, te veilla sans cesse, fidèle du début et jusqu'à la fin de notre tragédie familiale commune,
tragédie qui signe le commencement d'un nouveau voyage avec toi, ma divine,
mon inoubliée 
de toujours. 
Laïka passa le cap la nuit-même,
sans bouger, ni gémir.
Ne repose pas en paix, ma chérie, en m'attendant, puisque le temps n'est rien, cours et virevolte dans tes champs gracieux au milieu des papillons. 
Ah, tu m'en auras fait voir ma si mignonne,
quand tu revenais de fugue, penaude ou innocentes, les pattes rosies
par le sang des poules que tu avais croquées
chez Claudius ou chez Paulette,
juste pour le plaisir.
54 ! 
Chiffre désormais sacré.
C'est ça l'amour, être ravagé, être lépreux, être en lambeaux, être déchiqueté,
et toujours aussi fou de toi, comme ce le fut à la première seconde, à la sortie
du chenil en mars 2005, avec une corde improvisée,
où, certainement guidé, j'étais venu te chercher. 
Ce furent des retrouvailles. 
Je me languis des prochaines,
j'en deviens cucul la praline mais chaque jour qui m'éloigne de toi, heureusement, me rapproche en retour de toi.

36 commentaires:

  1. Ton article m'a beaucoup touché.

    On est avec toi Brebis.

    Imposture

    RépondreSupprimer
  2. C'est magnifique ! Tu m'émeus, j'en ai les les larmes aux yeux. Décidément, l'éloquence du cœur est la plus belle, tu es quelqu'un de bien et de bon. La belle Laïka a rejoint tous nos purs amis animaux qui, s'il y en a un, sont les seuls qui méritent vraiment le paradis.

    RépondreSupprimer
  3. Vous plaisantez?Qui bâtit, crée , guérit, invente! Les animaux sont des poupées dociles à l'inverse de l'art et de la résistance, j'ai honte pour vous, êtres intelligents, de lire de telles inepties!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Orfeenix, de ta part,toi pour qui j'ai beaucoup de tendresse, j'en ai le souffle totalement coupé...

      Supprimer
    2. Pfff, on régresse, chère Orfeenix, quel bon en arrière : nous voici retournés au XVIIème siècle avec Descartes et son animal machine !

      Supprimer
    3. @LMM, c'est une certaine vision où l'homme est placé au centre de tout. La colère m'a sidéré, et les termes.

      Supprimer
    4. Lol les poupées dociles domestiquées c'est plutôt les humains soumis aux maîtres démoniaques de ce monde. Les animaux sont la beauté, liberté et nature quant à l'humain il détruit tout et n'invente que de la merde sauf 2% qui sont exclus de cette matrice enfernale.
      Le rakshasa

      Supprimer
    5. @rakshasa, oh merci...c'est une merveilleuse réponse !!!

      Supprimer
    6. Que dites-vous là ? ! Pour vous les animaux ne sont pas des bâtisseurs ? certains nids d'oiseaux sont des modèles d'architecture comme certaines autres constructions d'abeilles, de loutres, de castors.. Ils ne guérissent pas dites-vous ? Si, certains maux et c'est démontré par la médecine ; ils n'inventent pas ? ouvrez les yeux et les oreilles et essayez un jour de reproduire par exemple une toile d'araignée vous verrez bien que vous commencerez à comprendre ce qu'est l'art... Commencez donc par observer ce ne sera que bénéfice pour vous j'en suis sûre.
      ciao Marcella

      Supprimer
    7. Je voulais bien sûr écrire "quel bonD en arrière".

      Supprimer
    8. Le premier art se trouve dans la nature, il suffit d'ouvrir un peu les yeux et son âme pour découvrir les merveilles que la puissance supérieure y a créées : les couleurs, les formes, les chatoiements des plumes d'oiseaux, les tâches des félins, des zèbres, (les yeux bleus de Laïka ;-))les tons multiples des feuilles dans les arbres, la symétrie de plantes, les milles éclats des opales, on pourrait écrire des heures sur l'infinie beauté de tous ces minéraux, et faune et flore, un homme ne pourra jamais égaler tout ça, sauf à reproduire. Pensées affectueuses au papa de Laïka,

      Supprimer
  4. Paix à l'âme de Laïka.

    Très beau texte Brebis, très beau texte que voilà...

    Tout comme Imposture, je suis avec toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bunker, mais Laïka mérite bien plus, un roman...15 ans et demi de vie, dont 12 et demi avec moi. Le chemin avec elle se poursuit.

      Supprimer
  5. Un de tes plus beau article Christian ... peut être même le plus beau.
    Que les Dieux glorieux de l'Olympe et du Walhalla, que leur fils unique, notre Dieu souffrant et consolateur né du solstice d'hiver, t'en remercient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Non, Brenn, c'est trop lyrique, mais quand mon cœur s'emballe, je ne sais pas faire autrement...

      Supprimer
    2. "C'est trop lyrique" : de ma part oui c'est trop lyrique, bien trop lyrique.
      Mais c'est sciemment.
      En espérant qu'un jour prochain tu te remettes et récupères TOUS tes esprits.
      Alors j'essaierais peux être de m'expliquer sur ce message.
      En attendant, comme tu le vois, beaucoup ici t'aiment bien quand même (Orfeenix comprise je pense).
      Amicalement.

      Supprimer
    3. @non trop lyrique de ma part...mais je ne sais comment m'exprimer face à un pareil être si sacré pour moi...Quelques humains atteignent sa cheville, c'est tout...

      Supprimer
  6. ce que vous traversez comme épreuves, je l'ai 45 fois traversé (je suis un ancien musher.) je les ai tous accompagné et enterré dans mon jardin . On ne s'y habitue jamais ! Courage et sincères condoléances pour la disparition de votre LAÏKA . Philippe

    RépondreSupprimer
  7. 45 fois avec cette intensité ? Ce serait à se suicider...Laïka m'a justement été donnée par un Musher, elle avait les pattes trop courtes. Quand un animal est aussi individualisé, il devient un membre de notre corps. Le seul geste que je peux faire maintenant, c'est de donner les compléments alimentaires et ses médicaments à la SPA, et l'avoir sans cesse dans mes prières...

    RépondreSupprimer
  8. C'est beau à en pleurer...Ma compassion la plus humblement et réellement sincère...Nous ne souhaiterons pas alors que Laïka se repose en paix, mais qu'elle gambade librement avec ses autres amis avant vos prochaines retrouvailles, et je vous souhaite également qu'elle puisse "te" donner un signe en attendant, de tout cœur avec vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @D. Merci. C'est exactement ma pensée...qu'elle gambade. Ma mère a eu ce signe. Ma sœur ne cesse de rêver d'elle, avec des détails très étonnants, et moi, rien, alors que j'ai toujours eu des signes de l'Invisible...Une médium animalière a, semble t-il, accepté que je la consulte. Laïka c'est mon Euridice...

      Supprimer
  9. Laisse partir ta Laïka, ne la retient pas , ne te mortifie pas, comme toi j'ai culpabilisé avec chaque départ de nos petits anges, le dernier mon KIKINUTs qui m'a attendu pour mourir dans mes bras, tu crois que je ne m'en veux pas ! cela ne sert a rien. j'en n'ai eu d'autres et des bien pires en 50 ans de vie.
    l'amour arrange tout.

    bizs

    Stef

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Stef, tu n'y connais rien dans de domaine..."ne la retiens pas"...ça signifie quoi ce charabia ? une médium animalière que je vais avoir en séance explique que le fait de les appeler ne les empêche pas d'être bien là où ils sont...pas de conseil de grâce...Je comprends que tu t'en veuilles...Je ne me mortifie pas...une partie de moi est décimée, c'est tout.

      Supprimer
  10. Tu parle de signes, quelques temps aprés le départ de mon KIKINUTS (d'Artagnan), en dormant j'ai senti qu'il me poussé avec ses pattes, lui qui refusé absolument de dormir dans le maison, il dormè dans le véranda par tous les temps, un viril, un sévérement burnè, mon NUNUTE.

    Reprend toi ont a besoin de toi et de ta prose

    Bizs
    Stef

    RépondreSupprimer
  11. Au fond, c'est toi le meilleur de tous. Un jour nous nous rencontrerons.

    RépondreSupprimer
  12. Il m'a chamboulé le coeur ton texte !!!! C'est une lettre d'amour comme j'en ai rarement lu ! Il y a des choses qui ne trompent pas ! La brebis galeux c'est un homme, un vrai ! Et la Charbonette ! Comportement admirable de ces merveilleuses créatures que l'on ose appeler des bêtes alors que l'immense majorité des humains leur arrive pas à la cheville, incapables d'un millième de leur amour, de leur fidelité, de leur dévouement ! Je mets ma vie en jeu sur cette hypothèse.... Tu la retrouvera ta Laïka et les myrtilles auront un gout d'éternité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Merci, cela me fait très chaud au cœur. Je suis viscéralement bousculé de l'intérieur...Un homme ? non, un vieux gamin... Charbonnette a toujours été une passionnée de Laïka...Elle comprenait tout, elle l'a veillée jusqu'au bout, se collant contre elle, et ronronnant...Bientôt, j'en saurai plus...j'espère.

      Supprimer
  13. ouahou!!

    cet hommage à celle qui est une partie de toi a fait sortir toutes les larmes de mon corps, tellement cela résonne en moi.

    j'ai tellement peur du moment où cela arrivera dans ma vie, j'étais en totale symbiose avec tes propos car il y a plusieurs points similaires dans notre histoire.

    l'amour de ma vie, un cane corso de 10ans , m'a aussi sauvé la vie. Je n'aurais pu imaginer une relation si fusionnelle. J'ai consenti à des sacrifices conséquents pour passer tous les jours et toutes les nuits avec lui, et cela me rend vraiment heureux.
    Comme je lui dis souvent, je sais qu'il existe une planète remplie de petits amours comme lui et qu'il la rejoindra après son dernier soupir.
    Je prie pour que lui et moi puissions rester en contact éternellement.

    Ce que tu as écrit me ramène à la réalité: en théorie je pense etre solide et notre séparation provisoire pourrait me rendre plus fort, mais en te lisant j'ai eu la sensation que je m'effondrerai et que le cap sera terriblement dur à passer voire impossible. Je suis admiratif de la Force de Vie qui t'a permis d'exprimer publiquement et si justement ce moment si intime et important de ta vie.
    Je t'en remercie infiniment.
    Laika doit bien s'amuser sur la planète des petits amours!.
    Amicalement. Kévin

    @orffenix: batir , créer , guerir , inventer sont les choses les plus importantes dans la vie? sinon nous habiterions encore dans les arbres ou serions en état de stagnation permanente! L'Amour inconditionnel ne se place pas du tout au dessus? Et toi qui semble intelligente tu dois bien avoir conscience que l'Homme n'aura rien d'Humain tant qu'il ne se comportera pas correctement avec tous les animaux, plutot que les exploiter afin de dégager un profit. Enfin je trouve ton ton bien condescendant vis à vis de quelqu'un en deuil, je pense que la plupart des animaux sur cette planète ont plus de respect pour leur prochain que ta pauvrette personne, l'orgueil cela se retrouve surtout chez les humains.




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kevin, merci cela me touche au plus profond du cœur...Un RV est pris avec "quelqu"un" Ce qui est anormal, est que normalement, je n'en aurais pas eu besoin. Je ne comprends pas du tout le sens de la rupture apparente du lien médiumnique. Peut-être ai-je mal agi ou ai-je perdu mes facultés ? Je ne sais pas. J'en fus si malade que je me suis drogué, ce qui ne m'était jamais arrivé, avec du Tramadol, celui là même qui a permis à Laïka de passer. Avec ma chatte Useppe, les signes furent immédiats. Avec mon amie Orla, cela mit il est vrai 3 mois...Mon entourage le plus proche a reçu des signes plus que probants. Moi,aussi, avant son départ, ensuite, rien... et là, ce fut la panique complète à bord...d'où le Tramadol. Tous mes projets ont été remis à au moins 1 mois. j'en saurai plus très bientôt, si tout se passe bien... Je découvre le cane corso, une merveille comme le Husky...quelle magnifique animal !!!
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cane_Corso

      Ça, c'est exactement le genre de chien dont Laïka fondamentalement gentille outre que belle, n'avait pas du tout peur, mâle ou femelle, elle te les amadouait, en un rien de temps...Une fois, elel s'est fait avoir : par une femelle Rottweiller. Grace à l'Aïkido, je n'ai pas paniqué, j'ai saisi un bâton, et pratiqué le mouvement de base, et tandis qu'elle était à deux doigts d'égorger Laïka, moi, je lui massacrais la colonne vertébrale, sans panique au même endroit. J'allais de plus en plus fort, et j'ai cru que j'allais lui briser les vertèbres. La pauvre a fini par lâcher, et est partie en titubant. J'ai interpellé le patron qui était là (la chienne n'avait pas le droit d'être sans dispositif à la gueule) et ait menacé de lui tuer sa chienne si elle recommençait. Ça a du le marquer, 3 mois après, il était parti...en temps normal, je ne suis pas la petite chose fragile que tu vois là...
      Quant aux propos d'Orfeenix, je suis atterré !

      Supprimer
  14. Salut l'ami,
    je ne vois pas une petite chose fragile mais quelqu'un d'assez fort!
    Par ailleurs je ne pense pas que de tels propos puissent venir d'Orfeenix mais bien qu'on s'est servi d'elle pour te toucher.
    Frère François, d'Assise, nous a démontré l'Egalité existant entre le Règne Animal et le Règne Humain. La différence tient uniquement du fait que l'Homme détient la Responsabilité de gérer le Règne Animal. Après, une fois le dernier soupir expiré, certains Hommes seront effacés et d'autres conserveront la Mémoire. Idem pour les Animaux!
    Ceux qui ont les oreilles débouchées et dont le regard est décillé savent.
    Tant que le "mode d'emploi" de l'Etre Humain restera caché au plus grand nombre par la Grande Prostituée ( ce qui risque d'etre le cas encore longtemps étant donné le manque d'inertie et d'organisation de ceux qui ont pour Mission de le dévoiler à l'Humanité), les détenteurs d'un Savoir Véritable se feront "attaquer".
    C'est juste un pti rappel car je ne dois rien t'apprendre je pense.
    Sans transition! Corto ne fait pas peur aux chiens c'est une vraie peluche, c'est drole de le voir jouer avec des potes qui font la taille de sa tete mais qui arrivent tout de meme à essayer de le dominer.Et lui, dans toute sa Sagesse, les laisse faire!
    Et sinon j'aurais bien voulu te faire parvenir des photos de mon Corto , avec sa petite Femme Luna et de la Mangouste, chatte totalement amoureuse de Corto ( c'est vrai qu'il a du Félin en lui, il ronronne vraiment ce foufou). Je suis novice , c'est ma première intervention sur le net, je trouve pas le lien.
    Je vais prier pour Laika, grace aux photos d'elle, et te tiendrai au jus si j'ai des nouvelles..
    Kévin.

    RépondreSupprimer
  15. D'après ce que je sais et sens, Laika a conservé sa Mémoire.
    k.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @K, que veux-tu dire par là ? Il ne manquerait plus que ça qu'elle n'ait plus de mémoire. Ma mère a reçu un signe flagrant, pas moi, et ça me rend dingue...
      Quant à Orfeenix, elle est responsable de ses dires.

      Supprimer

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs. En aucun cas 'Le Brebis Galleux" ne saurait être tenu pour responsable de leur teneur, non plus que des propos tenus par "Le Brebis Galleux" lui-même, que ce soit dans les commentaires ou dans le corps même des messages.Le Brebis étant schizophrène, avec certificat émis par le Dr AX, neuro-psychiatre de l'université de Strasbourg..Aussi, allez-y, ne vous gênez pas. Cependant, la malveillance sera sabrée, et éventuellement tracée, et une plainte sera déposée s'il y a persistance....La modération a été mise. Plus aucun message ANONYME NE SERA ACCEPTE, et je ne répondrai plus aux inconvenants ou aux messages déplacés.