samedi 30 décembre 2017

LGBT Benêts et Voleurs.


Un imbécile de pasteur anglais de 79 ans se "marie" avec un roumain de 24 ans qui se prend pour la donzelle Mika, ce bellâtre kitsch qui chante Barbara en France, et Mina en Italie,
pour complaire à chacune de ses clientèles.
conséquences pour le Pasteur.
Dieu sait que je n'ai pas pas le cœur à rire, certes,...mais là !
L'imbécilité des occidentaux n'a pas de limite.
Dire que l'amour est aveugle,
c'est peu de le dire,
il est bécasse, surtout.
Prétendu "Homme de Dieu", le rosbif gué s'est fait avoir comme un bleu-bite.
Cette personne ignore donc qu'il y a un âge 
pour tout ?
Surtout des fadaises pareilles.
A apprécier particulièrement :
le gestuelle rétive du malin branleur face  son "mari",
qui doit avoir une haleine de bouc. 
Les gays ont obtenu le mariage, cet attrape-couillons, eh bien qu'ils en paient les pots cassés.



Placé en liste noire sur Fdesouche,
impossible de commenter
sur le pasteur et sa vampirella,
car, sans doute, suis-je trop peu "philosémite"
en mes propos.
Dans un autre genre, les Sœurs écarlates,
ces femmes initiées, 
qui nous ont part de leurs bons vœux 2018
nous éclairent sur une forme de sottise
d'origine génétique cette fois.
Avec son bon sens paysan, Jacqueline, une ancienne amie traitait les ethnies sub-sahariennes de
"Chainon Manquant",
Et rajoutait ceci :
"Pourquoi les scientifiques se cassent-ils la tête,
avec ce chainon, 
il est là, sous leurs yeux". 
Il est vrai que la science d'aujourd'hui est enchainée 
et vit sous la coupe de ses maîtres antiracistes et mondialistes,
ce conglomérat infect d'élites agressives et belliqueuses mosaïques, jésuites et maçonnes.


La divine et ultra-photogénique de Race Husky Sibérienne.
Selon le mensonger Nouvel Ordre, 
les races n'existent pas, et bien sûr
les poules bientôt disposeront bientôt de canines.
Laïka au pelage bicolore blanche et noire aux yeux bleus, serait donc 
possiblement une métisse
pékinoise-épagneul breton, de qui se moque-t-on ?
Mes anciens ami(e)s, je n'en ai plus aucun, ne le savaient même pas,
mais à une décision près,
j'étais papa biologique, eh oui !
Mais, pour des raisons raciales, j'ai refusé,
je n'aurais pas voulu d'un enfant
mi-breton, mi-antillais, le cul entre île et presqu'île,
et entre deux chaises.
Je ne pense pas que le résultat eut été gracieux.
Mon chagrin est que Laïka était déjà coupée
quand je l'ai eue,
sinon, oui, j'aurais sans doute tout fait pour avoir 
une de ses descendantes si le père, bien sûr,
avait été Husky sibérien ou à l'extrême limite, Malamute d'Alaska.
Un chiot femelle, uniquement, bien sûr.
Elles sont tellement plus raffinées et intelligentes
que les Mâles.
Un peu comme chez les humains.
Le husky selon la légende serait né de l'amour du Loup et de la Lune. 


Le husky, le chien le plus proche des chats, est un canidé de mystique lunaire.
Ils sont exceptionnels, et Laïka était de plus l'exception
parmi l'exception.

 

mercredi 27 décembre 2017

LMM



Le  point de vue, et le bel angle de mire du Marginal Magnifique concernant nos aimés.
Dans le lagon abyssal des pleurs, LMM se cache cependant une huitre perlière,
un trésor spirituel,
l'âme animale sacrée, si peu considérée dans les religions du Livre. 
Voici un premier avis, avenant et sensible,  provenant d'Orfeenix chez 
LMM :


Et voici ici, un second, à demeure, un avis contradictoire, tranché, cruel, méchant,
qui nous a cloué, et glacé les sangs,
d'autant que l'amour pour l'âme animale n'exclut nullement
d'aimer qui que soit d'autre.
 


Moralité :
je dois vraiment vraiment être un bleu-bite, 
un putain de tas de merde, et un pauvre con réunis pour me faire traiter de la sorte.
Et encore, être pris pour un con, puisque c'est en partie vrai, ne me dérange pas excessivement.
 Ce qui me nuit et m'abîme,
est que cet avis s'adresse aussi aux lecteurs, ce que je trouve honteux, et que ces propos furent largués sous l'image sacrée
de ma belle et tendre, projetée à la fois dans les plans supérieurs, et dont mon cœur
est la porte d'entrée, la serrure,
et mon amour la clef.
En ces temps de nativité et bien que tout cela sent le mythe à mille lieux, ce sont bien
l'âne et le bœuf qui ont tenu le petit Jésus et Marie
au chaud.
J'ai suffoqué en lisant et relisant :
"Inepties", "Poupées dociles"... 
 n'en ai pas cru ni mes yeux, ni mes oreilles,
tant l'insulte frappait fort dans mes tympans.
Comment une personne imbibée de poésie
peut-elle être le vecteurs de propos si injustifiés,
ou pour le moins, incompréhensibles.
J'en ai ras le bol que l'être humain soit déifié,
et que le cosmos soit anthropomorphisé
entre Jésus sur la Croix et l'Homme de Vitruve.
Si je suis, à ce point, mal jugé, par mes frères et sœurs de race humaine, que là-haut, je sois donc transporté dans les steppes péruviennes ou tibétaines, et que j'y sois ermite entouré de mes animaux
sans un espace impénétrables sauf pour ceux qui y seraient invités. 
Les confessions trop personnelles seraient à éviter car c'est quand le cœur est à nu que certains
y assènent leurs flèches,et pas celles 
de Cupidon.


Laïka.
 Eurydice... Enfance retrouvée.
Amour d'une pureté cristalline, inouï, sans fard, sans semblant, sans mensonge,
total, inconditionnel,
captatif et oblatif.


La pupille de mes yeux, la perfection canine, spirituelle et charnelle.
Les photos dans le Haut-Livradois et le Haut-Forez sont toutes de Marcelline de la Licorne. 


 Excellente réponse de R. au sujet des 
"poupées".
Depuis quelques mois, nous arguions que le site,
  passé de d'Ovidé à Gallinacé, de Brebis à Coq,
allait changer de tournure
et de "ligne éditoriale".
Depuis le 1 er tour des élections présidentielles, 
et non pas le deuxième, avec Macron, le candidat de la merde élitiste, en tête, 
nous savions que politiquement, c'était cuit. Pourquoi s'entêter et poursuivre dans le radotage et la plainte perpétuelle d'un monde en fuite,
seules les sœurs aryennes
ont systématiquement échappé à ce travers,
mais je n'imaginais pas une tournure aussi 
brutale
bien que la Kundalini ait montré la voie. 
Voilà qui est fait.
Ce site n'est plus moulé pour ceux qui en sont aux balbutiements et qui sont entièrement à dégrossir,
mais il est à l'attention
de ceux qui ont passé quelques étapes et caps
intérieurs.
La majorité des billets sera désormais consacrée
à la spiritualité, à la médiumnité,
aux plans, aux animaux, aux manifestations "anormales", et bien sûr,
comme anciennement, ponctuellement aux cursives du monde occulte ténébreux,
et ses manigances,
sans nous étaler ou nous apitoyer sur notre sort,
puisque cela est inutile, inopérant,
et ne fait qu'aggraver 
la situation. 
Macron, c'est la mort, inutile de le ressasser,
lui et son sac d'os assistent à des funérailles :
sa cote monte en flèche.
Voyez où nous en sommes après 10 ans de dénonciation par des centaines de blogues :
nulle part. 
Nous n'avons pas les cartes en mains.
Quelle que soit la valeur  symbolique d'un homme,
quelle que soit la tragédie de la mort,
un pays qui se met à genoux pour un chanteur de rock, est un pays nécrosé.




La Grotte Lumineuse.


 




samedi 23 décembre 2017

Toi





En temps normal, nous aurions évoqué le livre et les interviews  de l'ancien chauffeur de YSL, la perversité du couple Ysl-Bergé, la laideur visqueuse et le vice derrière la façade de la haute maison de couture du "bienfaiteur" Bergé, patron de Têtu et héraut de la cause et de la fronde lgbtesque, malade sexuel SM, et loueur virtuel de ventres, et qui, en coulisses, était allé jusqu'à forcer Saint-Laurent à bouffer sa merde. Nous aurions évoqué encore la désillusion face aux hurlements de la vérité sur les toits concernant les chemtrails, à laquelle seule une ultra-minorité s'intéresse, le ligotage des forces vives blanches et chrétiennes condamnées sans cesse à se taire alors qu'il en va de leur Adn, de leur patrimoine génétique souillée par une immigration forcée. Nous aurions épilogué sur le fracas de la chute des survivalistes et leurs échecs face à une civilisation qui coule certes, à petits feux si je puis dire, mais ne s'effondre pas sur elle-même, contrairement aux prévisions alarmistes, presque jubilatoires pour certains, qui se sont avérées fausses, sur la quasi inutilité de 10 ans de combat à rabâcher certaines vérités sur la toile qui ne se traduit en rien dans le domaine politique, dans la dictature monocorde de la pensée, dans  la survivance de la société consumériste envers et contre tout, victime de soubresauts mais sans plus. Nous aurions fait part de notre étonnement concernant ce bitcoin que personne n'avait vu venir, ni à droite, ni à gauche, ni dans le "in" ni dans le "off" de la dissidence, nous aurions vomi nos tripes sur les antifas, les athées militants, les antiracistes, les gauchiards, les athées militants, les lgbtneuneus, les féministes, les adeptes de l'écriture inclusive, les métisseurs, les invasionistes, tous infiltrés, qui jouent subconsciemment  le jeu de ces foutus rothschild - qui ne méritent ni la particule achetée ni la majuscule - et qui ont une finalité commune avec leurs maitres de la haute : détruire l'ordre ancien, et nous, dinosaures de l'ancien millénaire, les nostalgiques de la race, de l'ordre naturel, de la belle orthographe, avec, songez, avec effroi, que 9 dixième de nos frères raciaux, sans parler des autres, sont nos ennemis qui n'hésiteraient pas à nous bruler sur la place publique. C'est bien ce que répètent quasiment dans le désert, les Pierre Hillard, et ce que dénonçaient feux les Simon, Séverac, Gouget, Ratier...  que de morts à points nommés, n'est-ce pas ? Vous rendez-vous compte qu'une conversation privée peut vous entrainer au tribunal ? Nous aurions ironisé un peu sur la France nécrosée abasourdie par le décès d'un seul homme, fils de la baballe, répondant au nom de Smet, nous aurions épilogué sur la synchronicité de l'Aigle des Antilles survolant par 2 fois, arc-en-ciel à l'appui, et lors de la cérémonie, la dernière demeure du King number 2, bref, nous aurions fait comme d'habitude, joué de ce don qui est le seul que le bon dieu nous ait doté : brailler, vitupérer, mais les temps, hélas, ne sont pas normaux, et là, circonstances obligent, sortir des gonds je ne puis. Ma porte, celle de mon donjon de deuil,  est fermée à double tour. Peut-être aurai-je le courage de retranscrire en détails le signe que seule ma mère reçut. Comment vous décrire ma jalousie et mon incompréhension de ne pas en revoir depuis ton départ dont j'avais été prévenu par des Intersignes ?  15 jours après ton envol, ma mère, en larmes le lendemain, me conta comment, éveillée en pleine nuit, elle reçut de plein fouet ton odeur, une présence olfactive très puissante, et en pleine nuit de ma princesse des 1000 et 1 jours et nuits, dans sa chambre. J'ignorais ce type de manifestations, et la toile me confirma qu'elles faisaient partie des plus fréquentes et usitées par l'Invisible. Ne parlons pas des maints songes animaliers successifs de Marcelline de la Licorne avec mon amoureuse canine "sublime et ravie" accueillie dans une meute et terrée dans une grotte lumineuse. Les sanglots longs ne siéent pas avec la raillerie, et c'est, en cette période, une sacrée leçon de vie et de mort, un tunnel spirituel marécageux que je traverse. Je croyais savoir ce qu'était la souffrance morale et le manque, je n'en connaissais, hélas, que des bribes, désormais, je puis affirmer que je sais. Outre des souvenirs, il me reste certains témoignages en consolation, que je lis et relis. Surtout, il me reste, et c'est une gloire, une présence autre, d'une autre nature que celle, dense, de la matérialité. Comment peut-on dire autant de mal en ce cas d'Adolf, ce végétarien méconnu qui, lui, aimait et respectait tant nos divins animaux ? Tu es mon amour, ma compagne de toute éternité. L'amour est emphatique, et alors ? Que tu sois visible ou invisible, et ton invisibilité n'enlèvera rien à ta présence de mon cœur plus que meurtri : broyé, mais néanmoins auréolé de l'or de notre amour. Tu m'as sauvé la vie, Laïka, tu m'as permis de passer le cap de Paris et de ses sales illusions. Sois bénie à jamais, mon amour, et sache je vis constamment avec toi   : que je marche, que je conduise, que je rêvasse. Tu accompagnes mes pas, et le sillage de mon ombre d'âme en peine et perdue, toi, ma lumière. Avec toi, mon ange protecteur, je n'avais peur de rien, ni de dormir au fin-fond des bois de Belgique ou d'Allemagne, ni même une fois, dans une banlieue zonarde  de Rome avec des groupes en pleine rixe et castagne. Cloitrés dans ma petite Peugeot bleue, nous n'avions nulle peur. D'Autriche en Italie, nous en avons eu de ces nuits à la belle étoile.  T'en souviens- tu, comme de nos virées en été dans les sous-bois du Haut-Livradois, où toi et moi nous nous empiffrions de myrtilles, toi, avec ton minois et tes yeux bleu-pâles, gourmande, les cueillant délicatement avec ta gueule, et moi, avec les mains et les lèvres, et t'en donnant parfois ? Comme, je t'aime. L'amour est emphatique, c'est sa nature. Fais tes fugues régulières avec tes amis canidés ou félins dans votre ciel à vous, mais reviens à chaque fois, ne me quitte pas : il nous reste tant d'amour à nous donner mutuellement. J'enserre ta nuque, caresse ton si fin museau, et embrasse tes yeux, et te grattouille le front, toi ma silencieuse, qui ne parlait si peu, et ne hurlait seulement quand, par hasard, tu croisais un attelage de tes frères huskies. Tu as quitté ta dépouille et ton corset de douleurs. Tu libre, ma folie d'amour, libre dans cette demeure, de clairières et de forêts que l'Invisible t'a réservé à toi et à tes frères et sœurs. Nous serons réunis dans l'au delà de la mort, ma bellissime, et cette promesse me parcourt de frissons par avance. Chouette, vu toutes les alertes, des organes ici et là, un coup l’œsophage, un autre la vessie, qui flanche, déclenche des signaux, j'ai déjà un pied dans la tombe, le deuxième en dérapant, me mènera jusqu'à toi, au comité d'accueil, dont il me plairait tant qu'Orla et toi, soient dans le comité de ma venue dans ces hautes sphères où Laïka musarde et vagabonde sans laisse, sauf celle du lien indestructible qui nous relie. Ai-je tort ou raison de révéler tout cela ? Ce petit étalage spirituel n'est-il pas quelque peu obscène, plus intime qu'il est que l'affectivité ? Peut-être, et en ce cas, tant-pis, je ne force personne à venir ici, me lire, et puis, quitte à être fada, autant l'être jusqu'au bout et avec sincérité et passion.



 Que j'ai mal en voyant cette image !
Et pourtant.
Elle est aussi la mienne, épuisé, juste avant le passage.
Charbonnette, mon amour de chat, te veilla sans cesse, fidèle du début et jusqu'à la fin de notre tragédie familiale commune,
tragédie qui signe le commencement d'un nouveau voyage avec toi, ma divine,
mon inoubliée 
de toujours. 
Laïka passa le cap la nuit-même,
sans bouger, ni gémir.
Ne repose pas en paix, ma chérie, en m'attendant, puisque le temps n'est rien, cours et virevolte dans tes champs gracieux au milieu des papillons. 
Ah, tu m'en auras fait voir ma si mignonne,
quand tu revenais de fugue, penaude ou innocentes, les pattes rosies
par le sang des poules que tu avais croquées
chez Claudius ou chez Paulette,
juste pour le plaisir.
54 ! 
Chiffre désormais sacré.
C'est ça l'amour, être ravagé, être lépreux, être en lambeaux, être déchiqueté,
et toujours aussi fou de toi, comme ce le fut à la première seconde, à la sortie
du chenil en mars 2005, avec une corde improvisée,
où, certainement guidé, j'étais venu te chercher. 
Ce furent des retrouvailles. 
Je me languis des prochaines,
j'en deviens cucul la praline mais chaque jour qui m'éloigne de toi, heureusement, me rapproche en retour de toi.

dimanche 17 décembre 2017

Samuel



Article exceptionnel de Samuel sur les codes 
symboliques majeurs des "grands" méprisables de ce bas-monde, et excellent résumé par l'image de la situation
du NOM/NWO, dont l'avancée prodigieuse a de quoi se faire réjouir
les élites furieuses et furibondes.
Quelques ilots de résistance s'érigent-ils ici et là,
et encore !
Si nous interrogions Hillard,
documents à l'appui,
il nous prouverait sans doute
que l'opposition des pays européens de l'est,
est un leurre.
Par exemple, 
que signifie l'alliance de la droite et de ladite extrême-droite en Autriche,
où il est de bon ton de dégueuler sur l'Islam
mais où règne la "tolérance zéro"
sur la critique du Judaïsme ?
Vont-ils devoir à Vienne étouffer toute critique envers George Soros :
pervers, Bergé en pire, grand initiateur apatride "hongrois" de l'invasion, et escroc de 
la City ?
Justement par les 11 symboles, Samuel a oublié la sempiternelle étoile à 6 branches. 
Il aurait pu rajouter ce 12 ème.




vendredi 15 décembre 2017

Gracieux





Si Wendy est la très gracieuse reine sans conteste des graphes et des graphiques, Samuel est le roi du symbolisme, 
de la Synchro.
Le voici dans ses meilleurs jours.
JH portait une croix avec une Guitare martyre,
à notre avis pour 2 raisons :

1, Le martyr c'est son double, c'est lui-même, 
une vie pareille résonne en nous comme une espèce de monstruosité sacrificielle.
S'offrir de la sorte en immolation au public 
tient du divin et du démoniaque. 
Cela est en tout point nous est terrifiant,
entre ces jeux d'ombres et de lumières factices,
et ces cohortes de fans
aveuglés par la fausse lumière.
Il fut Superstar bloquée dans l'hexagone,
comme la maudite Simone Veil
selon notre pré-rêve.
Cet artiste était un homme enchainé,
quoiqu'il fasse pour s'enivrer de vitesse sur sa Harley
roulant à fond caisse sur la route mythique 
D66 aux US.
Notez que ce sont ses soucis de santé au Sinaï Hospital (sic) qui l'ont fait connaitre
ici et là dans le monde entier,
et faire ensuite, au seuil du cercueil, 
une petite tournée internationale de Madrid à New-York,
en passant par Israël (!) et que c'est sa mort
qui l'aura
définitivement "sanctifié" mondialement.
Quel pied de nez pour quelqu'un de si méprisé 
et traité d'imposteur, par les anglo-saxons pour sa francophonie.
Idolatrie quand tu nous tiens.
Sacrilège !
Être un dieu à la Presley au regard de ses fans !
PS : constatez la puissance du deuil
que les merdias sont à même d'infuser dans les foules, car ils la secoue par la peur
légtime de la mort et de son processus. 
Ce n'est plus le décès de Johnny qui épouvante,
c'est celui de nos proches.


2, Se préserver des blattes kabbalistes qui grouillaient autour de lui. 
Quel homme parasité par les marchands du Temple,
fut-il avec, de "sur-croix" une mort idéale
qui tombe à pic avant Noël,
pour faire culminer 
ses ventes, et telle une dinde,
engraisser Mercury et Warner.
Vérification faite sur Amazon, Johnny est évidemment Numero Uno en France des ventes.



Croix d'argent + Croix tatouée.

lundi 11 décembre 2017

Delpech et Régine


Mon Âme et mon Cœur attendent un signe de Toi
mon Amour. 
Promis, dès que je l'aurai, L, mon  immense Chérie,
 je retrouverai, soulagé,  qui sait acide et  hargne.
Et si nécessaire, 
si le Signe met trop de temps à venir,
je ferai des centaines de kilomètres pour voir une médium animalière
que j'ai repérée.
Je pensais naïvement que l'on pouvait écrire en tout temps, tout lieu, toute condition, hélas non.
Si le chant lyrique, que j'ai exercé 17 ans, représente un  sport de haut niveau qui exige une très barbante hygiène de vie,
et tourne en cercle clos dans un monde très compétitif dominé par qui l'on sait,
l'écriture, exercice solitaire, demande à son tour plus d'énergie, que je ne le pensais, et puisque je suis une bougie qui vacille et peu à peu s'éteint,
c'est peu dire que de simplement aligner des mots,
je rame, rame, rame...
car, de l’obscénité grandiloquente de l'enterrement de Johnny, de la sempiternelle présence de la fort inquiétante Line Renaud,
de celle aussi des Présidents en la Madeleine,
 à l'éviction des festivités morbides entourant JH 
de la personne de Marine Le Pen, 
il y aurait tant à dire sur le mépris des élites
que le peuple avale sans trop comprendre
le film tout en brandissant
des étoles à l'effigie de leur idole. 



Laïka côte à côte avec son amie Nessy sous la neige,
en février 2009.
Courtesy of MDLL.




"Mon âme pleure et sent qu'elle est dépareillée"
Ah, sans amour, s'en aller sur la mer...
Ah, comme qu'elle était belle et comme je l'aimais,
je n'aimerai jamais une femme autant qu'elle.
Que mon sort est amer !
Ah, sans amour s'en aller sur la mer".
Théophile Gautier.
 

samedi 9 décembre 2017

Misesere



"Johnny, Notre Dieu".
No Comment.
Une aberration et une folie d’idolâtrie.
Ci-dessus, avec le J qui saute :
"Ohnny notre Dieu" 



(1943-2017)
 

L'Intense Misère Humaine ou la Fin 
des Haricots.
Bien sûr que cet homme, jeune, avait l'absolue beauté d'un archange, 
mais le Bizness assassine l'innocence.
La naïveté des FDS finit par en être pathétique.
Eux, au froid, le showbiz et la caste,elle, bien au chaud,
à la Madeleine.
Marine éjectée, les Macron glorifiés,
avec la pleureuse officielle de l'état,
l'épouvantable Line Renaud.
Maillon plus que septagénaire entre :
les médias, le showbiz, la synagogue, le pouvoir politique, et le nouvel ordre mondial.
Cette femme est une chape de plomb sur le peuple.
Son cas et son rôle seraient à étudier.


Laïka et son Papa.
"Que je t'aime", d'un indicible et secret amour. 
(2002-2017)

mercredi 6 décembre 2017

L'Intersigne...


1, ici, en bleu, un lien de notre cru, à l'attention uniquement de ceux qui croient en l'âme animale
Aux autres, inutile, d'ouvrir le lien, vous allez perdre votre temps, et vous enliser.



2, Si la vie spirituelle devait être un leurre, 
nous gisons alors en Enfer. 
En 10 années de luttes où les bouches se sont ouvertes, où quelques consciences se sont affirmées
contre le Nouvel Ordre et contre les tenants de 
celui-ci,
qu'avons-nous en échange gagné ?
Pas la  moindre bataille.
La dénonciation, la mise à l'index, le pointage de  quelques vérités
semblent vains,
et porter même des fruits amers.
La majorité des esprits est toute aussi obtuse, fermée, idiote,
et de l'Immigration démesurée aux Avortements massifs, de Chemtrails en Bitcoins,
avance, repère, traque, broie et tue ceux qui 
le dévoilent 
ou se mettent sur sa route.
2 gendarmes qui rappliquent chez vous,
vous savez ce que c'est ?
Moi, oui... Fabrice de "lamatrice", aussi...
de mon côté, accusé et convoqué sans preuve, quand bien même
la source d'un certain commentaire
n'est pas avérée.
Désormais, nous nous en passerons volontiers,
voyez-vous et qu'importe si nous nous verrons traîté de lâche.
Con,oui, mais pas con et demi. 
Les encouragements de personnes qui ne prennent aucun risque ne valent que peu.
Que reste-t-il de nos amours,
si ce n'est la tendresse animale ?
Dans ce très bas purgatoire où nos animaux sont des anges, comment vivre sans 
eux ?
Aussi, à Laïka, je lui parle,
et c'est, au volant, que sa présence-absence,
- qui est une sacrée expérience spirituelle-
m'est le plus pénible.


Finissons avec une goutte de fiel,
le miel des méchants de notre espèce.
L'écriture, du moins la nôtre, dépourvue de son venin est fade et sans souffle.
Autant ne pas être dupe et se l'avouer à soi
avant que ce ne soit les autres qui ne vous le lancent en pleine figure.
Vitupérer exige du coffre et de la véhémence. 
Que faire dans les circonstances actuelles et quand votre cœur est concassé, brisé,
en miettes, comme l'est le mien  ?
Faute de souffle, ou de coffre,
se taire ?
Non, aller gratter le fond de la barrique de l'âme, 
et sous les ongles recueillir un peu de poison.
Si nous apprécions réellement les camaraderies qui se sont tissées au fil des ans grâce à la toile, 
nous avons exclu tout "amour de proximité,
même amical.
Pensez-donc !
Dîtes ce que vous pensez de certaines castes, et vous verrez vos prétendus "amis" fuir à tire-d'aile.
L'équivalent d'une histoire "à la Laïka" sur un plan humain est impensable.
Les  jours avant et après l'envol de Laïka
auront été terribles et sinistres. 
Seul le soulagement de la misère de ma petite chérie me console.
Il n'existe pas de miracle : si je tiens sur mes quilles c'est parce que je me shoote,
que je me suis mis totalement en retrait, 
que je vis quasi-complètement cloitré,
et que j'ai à portée de pharmacie, et par quelque complaisance, un médicament à base d'opiacés.
Eh bien, mes chers et tendres, 
voici, attendue, la goutte de fiel en question :
si vous aimez, je vous plains,
ici-bas, ce sentiment se paie cher.

Tôt ou tard, l'amour va de trio avec le chagrin et la tristesse.
Ne suis-je pas payé en super bitcoin pour le savoir ?
Si le voyage spirituel avec Laïka se poursuit,
le passage du plan Visible au plan Invisible
n'est pas une partie de plaisir,
et il ne le sera pas pour vous, non plus.



Nettoyée, brossée, parfumée Laïka ne fut-elle pas choyée et heureuse jusqu'à ses 14 ans inclus ? 
Ne sourit-elle pas  sur cette photo ?
Dans cet autre espace-temps où elle a fugué, 
dans son corps éthérique réel,
elle y est parait-il "sublime et ravie",
qu'elle le soit est mon seul souhait,
et celui de la retrouver de toute éternité,
bien sûr.
 


Puppy et Laïka, jambes croisées, dite Virginia 
Wolf.