vendredi 22 avril 2016

Nabille toi !


Avec un train de retard, voilà ce que c'est que de ne pas avoir de téléviseur, voici que nous découvrons sur la Toile...
un  engin, un bidule, un truc... 
Une  arrogante Nabilla de famille Benattia ...
Une inconditionnelle, avons-nous appris, d'un certain Cyril Hanouna.
Ne sachant rien sur ce personnage,
à part être un abrutisseuse de masse, 
qui est est-elle, que fait-elle, à quoi sert-elle ?
De quel talent peut-elle se glorifier ?
A part de celui, très relatif, de joli minois,
est-elle Chanteuse ? Semi-Pute ? Cul ? Mannequin ? 
Actrice ? 
Nous avons plus que notre idée, mais la dictature présente nous interdit de la dévoiler...
Ah, ces "people",  
terme ahurissant puisqu'il évoque et désigne ceux qui naviguent à contre-courant du peuple,  
ont un avantage sur la faune des "provinciaux" et autres souchiens :
ils sont bronzés sans le moindre rayon, sans doute, par le soleil qu'ils portent dans le cœur, pour singer Enrico Macias.
Au nom de quoi, de quelle prouesse, Paris a-t-il pris cette cruche dans ses bras ? 
Elle dispose de ce type de carnation olivâtre
qui donne le tournis sensuel à certains, 
et un arrière-goût de vomis au bord des lèvres,
à d'autres.
Quel sondeur saurait nous préciser à quelle profondeur des abysses la France 
est-elle tombée en observant les allers et venues en leurs appartements de cette famille 
en toc, plus qu'en plaqué or
La mère, le Jules,  la Grand-mère, et les gués qui rôdent autour, sont un spectacle simiesque 
en soi, de gorilles et de guenons 
en cage dorée... 
Cela dit, qui est prison ?
Ceux-la qui s'agitent narcissiquement dans la petite lucarne ou ceux qui les observent ?
En termes de seins et de cul, nous préférons, et de loin, ceux et celui de Julie, la Reine 
Blanche, par sa Beauté Couronnée.