lundi 23 novembre 2015

En passant...




     Par la Lorraine avec mes gros sabots...
et du côté de chez Laurette, de chez Swann, et de chez Wendy !
 Ci-dessous un descriptif de la sale Bête hermaphrodite et immonde, vendue 
(à qui, à quoi ?), admiratrice du monotesticulaire,
comprendre Adolf .
   Zarah, Mina, Barbara, Max, Violetta
passent-ils eux à la trappe, pour la meute des Fans 
de Wendy,
dont j'ignorais la hargne.
Léo Ferré avait raison. La gauche est véritablement l'antichambre de la de la mortification,
où il est
interdit de penser, de blasphémer.
Cette pensée laïcarde est, en soi, religieuse.
Une pensée contrite, confite, moribonde...
Vous me voyez, désolé, de ne  pas traiter l'actualité, car elle est trop brûlante,
et que de plus, ces jours-ci, je ne suis pas à demeure.
Et battre le fer quand il est aussi aussi
blanc, non.
Adorant  joutes,  étincelles,  volées saignantes de bois vert  frictions, et me plaignant presque 
de ne guère en recevoir sur ce site, voici, en vrac, 
et donc, dans le désordre,
celles que j'ai soigneusement recueillies
sur le site de Wendy.
Wendy que j'appréciais bien avec ses graphiques et autres graphes,
tout en ne percevant pas, sûrement faute d'esprit,
sa lignée directrice confuse. 
Ladite dissidence se nourrit visiblement d'un magma de gauchistes mal dégrossis,
comme on en trouve de nombreux chez Lesdits Moutons Enragés,
Moutons Mols en vérité, aussi gras du cervelet que l'est Asselineau du bide.
Cependant, dès qu'on gratte le vernis 
leur prétendue bonté de façade
se mue vite en colère gauchisante.
Ah, cette bande d' individus humanistes, antinazis haineux primaire qui n'ont pas lu une seule ligne de "Mein Kampf", prétendument anti-misère, maçonnisés, pro-invasion, anti-racistes,
pro-juifs, pro-république, pro-métissage...
et surtout d'un susceptible,d'un manque congénital d'humour,
reprenant inconsciemment les sornettes main-stream, 
tout en jouant à se faire peur et en feignant de pensant sortir des clous
Certes, je ne suis pas un ange, mais ne suis point assez odieux jusqu'à muter la minute de silence,
en minute de flatulences ! 
Non, pas jusque là !
Cependant, il est assez hilarant de constater que les bobos de chez Wendy et de chez Les Moutons Mols commencent à avoir la pétoche.
A ce rythme, ils vont bientôt se pisser puis se chier dessus. 

 
Avouons  que sans commentaires,
un blog se meurt,
J'eusse aimé que ces personnes s'exprimassent
ici-même.
Avec quelle délectation et quel plaisir, ne les aurais-je  point censurées, et qu'au contraire,
elles eussent été largement accueillies. 
Visiblement, ce serait trop leur demander,
craignent-ils la traçabilité des codes IP ?
Qu'ils passent alors par la porte de Tor !
Ou plutôt qu'ils ne viennent plus se souiller l'âme et l’œil aux contacts de ces écrits,
non pas  d'un haineux mais d'un "Docteur Es-Noeuds",  
Les commentaires ci-dessous concernent la vidéo d'un Rav,
s'exprimant depuis Tel-Aviv, sur les attentats
de Paris.
Veuillez me pardonner pour la laideur du blanc, qui convient très mal à ces murs,
vert-de-gris, que certains voient bruns.
   Enfin, "Ça balance pas mal à Paris",
 est une chansonnette, et une petite sucrerie, sans âme 
et de circonstance, qui s'accorderait assez bien avec les commentateurs de chez Wendy,
ainsi, bien sûr, qu'avec les évènements
du Bath à Clans de Sion,
mais nous lui avons préféré,
"En passant par la Lorraine".
Vous savez, ce type de chant du terroir qui fait frémir de dégoût BHL et sa clique !   
Notre insensibilité face aux chocs émotionnels
et systémiques provoqués, à escient, par la pègre 
des Maitres supérieurs US ou israéliens qui lancent leurs Crif et du GO, et leurs bras armés musulmans, leurs esclaves"basanés", est,
à l’exception du décès de la chienne Diesel, louée soit-elle, est quasi absolue.
Le Bath à Clans, nous nous en battons les couilles, et royalement.
Ce ne freghiamo totalmente.
Pleurer sur des inconnus, et quoi encore ? 
Nous avons, il nous semble,  assez d'expérience de la vie, pour nous être rendu compte, et assez à nos dépends,
que chacun vit pour sa petite pomme, et n'en à rien à foutre d'autrui, sauf  s'il existe un lien de sang,
ou sauf si cet autrui présente un intérêt :
financier, esthétique, sexuel, 
... ou autre. 
La relation épanouie, nous ne l'avons connue qu'avec nos animaux chéris,
quant au reste :
une succession et un collier de perles de catastrophes.
Oui, Wendy !
La découverte de Paris s'est faite
en croisant malencontreusement et immédiatement ces personnages aux noms bizarres (Choukroun, Morlock...) et aux faciès curieux et douteux,
qui avaient déjà pris depuis 2o0 ans,
 le Paris chrétien en otage.
Les femmes et les hommes
de ce clan s'amusaient beaucoup de la chair et de l'esprit naïfs et chrétiens.
Je n'y voyais pas de mal, ignorant alors le vice et le maléfice consubstantiels à leur Juiverie.
Eh non, Wendy !
pas d’œuvre à venir, si ce ne sont quelques piètres
centaines de pages qui finiront en ebooks.
Ou alors connaitrais-tu des éditeurs qui éditent des antisémites ?   
La littérature, en soi, est un art ennuyeux et mineur.
Aurais-je écrit  "Voyage au bout de nuit" ou 
"A la recherche du temps perdu",
je les aurais  foutus de rage à la poubelle,
 dans un feu de désespoir.
Pourquoi le frère de Kafka n'en a-t-il pas fait autant avec les écrits de son obscur frangin, quoique ces lignes-là exposent de façon éclatante la monstruosité sombre
des ghettos et de l'âme juive.
Ce que je gribouille finira, sans doute, qui sait, peut-être, dans la poubelle de la Toile.     
Les rapports virtuels sur la  Toile n'échappent nullement  à la médiocrité de la relation humaine qui, ,sur Terre est la règle. 
 Graverons-nous  sur notre pierre tombale,
non pas "Aimez-vous...", mais,
"Méfiez-vous, les uns des autres",
et spécialement de ceux, qui la fleur aux dents,
 la gueule enfarinée,
ruissellent, comme le prêtre Benji des MM et   la prêtresse Wendy, de  bons sentiments dégoulinants
qui pavent de leur salive les routes de l'Enfer  !? 
Ces chamailleries ont un aspect enfantin, cependant, elles signalent et signent
un clivage profond, un fossé impossible à combler, entre
La dissidence des "Fils révoltés contre la Gogue" &  La dissidence des "Engogués". 
   

                                   
Hermaphrodisme ? Où donc ont-ils péché cela ? 
D'une simple photo de mes 25 ans dénudés  dans un placard ?

 Si incivilités, et appels à ceci ou à cela, 
et pourquoi pas à  la prière, ne sont admis, à quoi cela peut-il donc servir de discuter, d'échanger et
et de vivre ?
Qui refuse la haine, refuse l'amour.
N'étant pas un morpion, et ne m'incrustant plus  dans les bijoux de famille ni d'autrui, ni des truies,
Adieu, jolie Wendy ! 











9 commentaires:

  1. Règlement de comptes, (à rebours). Viens voir ma chienne:https://www.youtube.com/watch?v=h-ARPcNkXTs&feature=youtu.be

    RépondreSupprimer
  2. en tout cas fort bien écrit brebis ! le rabbin parle pour ne rien dire de concret , je reconnais bien là le style noyade du poisson ! qu'ils savent ci bien faire , quel pugilat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pugilat ? tu trouves ? zigue, zigue, zigue...

      Supprimer
  3. Jean Aymard Desconnards23 novembre 2015 à 16:18

    Boudiou de nom de diou !!!
    Là....Je crois sincèrement qu'elle est habillée pour l'hiver... Et de quelle façon....BRAVO !!!
    Mille mercis pour ce moment savoureux comme on en lit peu ...
    Un moment rare d'anthologie...
    Marrant comme le nombre de commentateurs sur son blog a fondu comme neige au soleil depuis peu...
    A très bientôt, grand rhétoricien devant l'éternel...^^ ....Et poète avec ça !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, flatteur ! Oh, oh, oh...Je me marre, c'est tout !

      Supprimer
  4. j'entendais par pugilat confusant les sophismes et ragots du rabbin

    RépondreSupprimer
  5. Voici ce que fit publier en 1945 un norvégien, alors au sommet de sa gloire littéraire, certain de ce fait de signer ainsi son suicide, mais de préserver ainsi son honneur et celui des siens :

    « Je ne suis pas digne de parler à haute voix d’Adolf Hitler, et il est vrai que ni sa vie ni ses actes n’incitent à l’attendrissement. C’était un guerrier, un homme qui se battait pour l’humanité et qui proclamait son évangile de la justice pour toutes les nations. C’était une de ces figures éminentes qui bouleversent le monde, et son destin historique a été qu’il a ouvré dans un temps marqué par la plus innommable barbarie et que, finalement, il fut vaincu par lui. Tel est le regard que le ressortissant ordinaire d’Europe de l’Ouest doit porter sur Adolf Hitler, et nous qui fûmes ses proches partisans, nous inclinons présentement la tête pour pleurer sa disparition. »

    Knut Hamsun, le 7 mai 1945.

    Prix Nobel de littérature (en 1920) et véritable icône en Norvège (‘’Sous l’étoile d’automne’’; ‘’Vagabond’’ etc.); c’est sûrement avec le sentiment de se suicider (socialement et … physiquement) que celui-ci fit publier ce panégyrique.
    Comme quelques autres écrivains (Brasillach, Rebatet …) de grande notoriété et de grand talent, il aurait pu payer de sa vie ou comme L. F. Céline échapper à une exécution certaine (et le plus souvent dans les pires conditions) en fuyant son pays.
    Les autorités norvégiennes trouvèrent plus sage de le déclarer irresponsable et de le faire interner en asile psychiatrique.
    Il devait néanmoins écrire par la suite, à plus de 80 ans, un de ses plus beaux livres :
    ‘’Sur les chemins où l’herbe repousse’’.
    Il est vrai qu’en ces temps ’’d’épuration’’ seuls les plus lâches, et les éternels tièdes ont sus changer de camps à temps et survivre. Personne n’aurait misé un kopeck sur les chances de survie de ce rare et digne représentant des vikings à l’époque et pourtant …
    « je m’en vais respirer sur des sommets dont vous n’avez même pas l’idée qu’ils puissent exister » déclara-t-il aux cloportes, forts de leur victoire totale sur les dernières nations héroïques d’Europe qui enrageaient de ne pas l’avoir faire exécuter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment les goyims font-ils pour supporter cette caste ?

      Supprimer

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs. En aucun cas 'Le Brebis Galleux" ne saurait être tenu pour responsable de leur teneur, non plus que des propos tenus par "Le Brebis Galleux" lui-même, que ce soit dans les commentaires ou dans le corps même des messages.Le Brebis étant schizophrène, avec certificat émis par le Dr AX, neuro-psychiatre de l'université de Strasbourg..Aussi, allez-y, ne vous gênez pas. Cependant, la malveillance sera sabrée, et éventuellement tracée, et une plainte sera déposée s'il y a persistance....La modération a été mise. Plus aucun message ANONYME NE SERA ACCEPTE, et je ne répondrai plus aux inconvenants ou aux messages déplacés.