dimanche 1 novembre 2015

Donner une suite ?


                                                
Si Emmanuel Macron joue le rôle de 007, l'agent de la City des Rothschild, pair de Pompidou ou de Bolloré, tenu à l'époque par George Lazenby, 
Je veux bien être 
Diana Rigg, et l'épouser !
C'était une dernière petite blague avant de prendre la route,
la route de notre destinée, dont nous ne connaissons pas le trajet, mais la destination finale, si.
 Les faits sont ce qu'ils sont :  lourds, encombrants, pesants !
 La France est en pleine détresse, elle git sans espoir sous le poids des dettes, de l'invasion,
croule sous l'idéologie talmoudique du socialisme
et de la "laïcité,  est gouvernée par des ordures
associées sans exception au diktat,
Judéo-Américain. 
L'Allemagne, le Japon, la France, l'Italie...
sont ligotés par des décrets qui les lient viscéralement aux vainqueurs US de 44.
Pas la moindre issue n'est en en vue, 
la crise est majeure et  le système a mis en place une stratégie du pire, qui empêche,
 l'écroulement nécessaire et vital, précédant  une reconstruction : le  crack est violent dans sa mollesse, et le pourrissement est d'autant plus efficace, qu'il est lent et d'un laborieux,
qu'il pénètre plus insidieusement et profondément dans les corps spongieux de notre France, et l'entièreté du monde qu'il soit oriental ou occidental, ravagé charnellement, racialement
et spirituellement. 
La maladie  de la France et des Nations, 
qui s'apparente à un assassinat se vit au ralenti, ainsi que l' amoindrissement de tous,
et notre mort est sans éclats.
Ajoutons à cela, divers questionnements personnels
qui m'assiègent, ainsi que des interrogations sur le bien-fondé de ce site.
Sans connexion humaine, et sans sortie du virtuel, nous tournons en rond, et cette ronde inféconde,
donne le tournis.
Hormis un contact chaleureux avec quelques personnes qui se reconnaitront,
la relation humaine et la solidarité sont quasi-inexistantes sur la toile qui représente une forme d'illusion et d'impasse. 
Seuls ceux qui sont diffusés et publiés, ceux qui côtoient leurs lecteurs, et ceux encore, qui se donnent en conférences,
 et gagnent de l'argent, même symbolique, 
sortent un de ce cercle vicieux,
 les gagnants ne sont pas légions.  
La blogosphère ne débouche sur presque rien.
Beaucoup d'entre nous, sommes, en réalité, coincés, car nos voix, même accumulées ne comptent pas,
pire, elles servent à nos ennemis
qui nous épient et espionnent ... 
Meta TV n'invite aucun "blogueur" (ce mot d'un laid), ne les estimant pas,
s'égare parfois avec des "youtubeurs" fantaisistes,
des petits prétentieux, sans envergure 
notable. 
Les combats des grands coqs de la basse-cour de la main dorée sont pitoyables.
L'ami d'hier mord l'ancienne main nourricière.
Le débat oscille entre Soral et Soros,
comme si notre sort était scellé,
entre ces deux-là. 
Dieudonné et sa femme, ont dépassé depuis des lustres, les limites de la bienséance.
Un autre rusé s'avère être un Jovanovic qui dénonce sans dénoncer, sait ne pas se mettre en danger judiciaire, 
se promotionne à outrance,
mâchouille ses 666, ses 777, et ses Blythe Master, 
son contentement de soi, et son flouze, à n'en plus finir,
tourne autour du pot, tape sur les protestants 
et quelques figurines, ne dévoile surtout pas le pot-aux-roses des Rothschild. 
Ce cirque global, avec ses numéros de singes, 
ses grimaces, ses trapézistes, ses jongleurs, ses funambules, ses dresseurs de fauves, ses messieurs loyal,  ces clowns en habits, ne 
nous  plait plus dans sa configuration et dans son tralala.  Que faire ? 
Sans doute, arrêter de faire le beau, et se faire la belle, en prévenant ou non à demi-mot,
comme l'ont fait  Fabrice de "Lamatricejuive", "Onnousprendpourdescons", 
"Chriss-Alphabéta", ou "Le Café-Philo 
de Droite" ?
Le jeu n'en vaut plus la chandelle, et parader tout en étant, tel un benêt, l'ombre de soi ?


Perdu, entre Chriss et Lhddt, dans le tas de bouse de la peste brune, au cœur d'un marécage poisseux, selon le Journal de référence écrit en yiddish et hébreu, "Le Monde". 
Mensonge au quotidien qui, avec la déferlante de conneries radiophoniques, télévisuelles et cinématographiques, ont participé au changement et à la métamorphose de l'individu.


Ce n'est pas le brun qui nous assiège, c'est la peste rosie et chêmetrélisée, comme ici en Suisse, vers Zurich, pesant de ce couvercle bas et lourd sur la  
pauvre Terre et sur nos Âmes endolories.
Photo By Courtesy of Jürg Hut.
(Auteur de ma photo d'Oxford, quand j'étais jeune... et mince !)