samedi 4 août 2018

Où nous en sommes...


Le FC Metz ???
Pour quelqu'un qui ne suit pas les tribulations de ce sport, il y a de quoi tomber par terre.
Le football est une tête de proue et un cheval de Troie de l'aliénation massive occidentale avec l'invasion définitive.
Metz, où sont les lorrains ? 
Et nous devrions accepter cette offense, sans grogner ?
C'est un assassinat en direct.
Regardez néanmoins la gueule que tire
ce pauvre blanc. 
Le ballon de foot avec tous ses hexagones en damier
est un symbole maçonnique.
Il semblerait qu'à sa naissance
peut-être en Amérique du Sud, le "football" originel
se jouait avec une tête décapitée.
Bientôt le Muezzin avant chaque match !?
Paradoxalement, un muzz ex-légionnaire et "Corine" dénoncent l'horreur pédophile... 
En ce qui concerne Micron and co, 
l'ex-légionnaire a raison.
S'il saute, un autre démon attend sa place... 
Le cercle pédophile de Hollywood
et de la gente politicienne
n'est pas un fantasme.


mercredi 1 août 2018

Laïka...




29 Novembre 17-29 Juillet 18 ... 
8  mois que tu es partie, mon suprême amour ... 
Ma présente, mon absente, toi, mon ciel et mon paradis, bien que tu sois délivrée du mal, pardonne moi, ma chérie, si je n'arrive toujours pas à vivre sans toi, et donc à communiquer avec quiconque ... 
Tu es dans ta splendeur spirituelle,
mais je te vois pas, ne te touche pas,
ma vie se résume à un cri.


                           
               La Laïka des Chaumes, la louve et la tueuse en elle...
54 poules et canards, des centaines de taupes, pigeons, rats, etc.


La Laïka des salons anglais cosy, le bon dieu sans confession. 
Quand je lis cette extraordinaire innocence
dans les yeux de ma chérie,
et que je la compare aux sales gueules, ci-dessous,
celles de ces coupables dont nous sommes 
les esclaves,
il me vient comme des envies de meurtres,
au pluriel, n'est-ce pas. 
Ô Laïka !



samedi 28 juillet 2018

Paris est une Gazelle I & II & III ?


A l'aise mon Blaise, Cool, mon Raoul !
Puisque écrire, c'est tricher...nous allons enfin respirer et malgré nos divers et récents déboires se deuils,
 dormir plus tranquille,
en retournant
à nos premières amours,
et à ce que nous fûmes à l'origine :
un gribouilleur de textes poétiques d'adolescent, puis érotiques, tout en étant puceau,
un premier temps,
bref un pornocrate réactionnaire :
dont voici la genèse de notre  gribouillage... 
 Écrire, oui, c'est bel et bien tricher. Nous l'avons appris à nos dépends quand nous sommes passé par la case "Paris" au cours des années 80. Refusant de tomber dans les filières de l'enseignement de par notre apprentissage de l'italien et de l'anglais. Outre de crever la dalle, nous jouions dans des pièces et commencions à nous exercer à l'art lyrique, malgré des soucis de santé déclenchés par Kundalini.  Les cachets étaient souvent minables, et n'importe quel revenu supplémentaire était le bienvenu, et c'est ainsi que par l'intermédiaire d'une annonce dans un "gratuit", peut-être "Paris Boum-Boum", nous avons entamé une collaboration avec "Lettres Magazine" dont nous n'avons hélas gardé que 2 exemplaires ... Par honte ou par dépit. Non, nous n'étions pas Cézanne, et n'allions pas vaincre Paris avec une "Pomme"... Au contraire, nous avons plongé dans le bain de boue, en tirant le diable par la queue. 
Vous savez ce que c'est que de crier misère, n'avoir aucune amitié fiable dans un Paris conquis par nos huileux ennemis des sables et des damiers, de vivre Kundalini, et de crever la dalle ? Nous, nous l'avons su.



Cette petite revue dont le siège était installé dans le 10ème arrondissement, était supposée retranscrire un courrier érotique des lecteurs et se voulait le concurrent du magazine "Union". Ce n'était qu'un vaste mensonge, une fumisterie, une petite tricherie. Au premier rendez-vous, rue de Toul, Paris 10, nous reçûmes les consignes suivantes : chaque "lettre" serait  fausse et systématiquement écrite par un auteur-maison, et en aucun cas par un lecteur, et ce,  quel que soit son talent. Les lettres seraient signées d'un prénom. Tantôt l'auteur s’appellera Martial, tantôt, Aline, etc.  Madame Sitbon était la femme à qui nous avions  à faire et c'eût elle qui nous guidait dans l'écriture de mes lettres. Chaque auteur était isolé et nous n'en avons connu aucun autre. Les contraintes et les consignes d'écriture des faux courriers étaient les suivantes : 

 "Lettres écrites sans maniérisme ni vulgarité, mais avec dextérité, essentiellement hétérosexuelles, semi-hard (soft par rapport à aujourd'hui) aventures extra-conjugales, sado-masochisme, fétichisme, "premières expériences", triolisme, un petit quart étant consacré aussi à des relations saphiques. Un classique étant "Je trompe mon mari avec une femme... et Il aime ça " "

Le reproche que nous  faisait parfois madame Sitbon était de digresser. Nous dûmes apprendre à aller  plus vite au vif  et au cœur du sujet. Les contraintes sont intéressantes car elles vous forcent à écrire dans un cadre, et un moule. Bref, chez "Lettres Magazine", tout n'était que pipeau. Nous cachions bien évidemment cette activité peu glorieuse, peu reluisante,  méprisée autant par les écrivains que par les patrons des magazines eux-mêmes qui nous rabrouaient quand la "lettre" ne convenait pas. Nous avions quelque peu  honte de notre activité, honte  bébête, car nous apprîmes que deux copines comédiennes se faisaient, elles, du vrai blé en se faisant des "extras" chez elles, bien réels,  sans autre effort que d'écarter les cuisses, d'où l'avantage d'être femme et le désavantage d'être né homme... Il leur avait suffi de passer une annonce dans le Libé de l'époque : "Jeune femme jolie et artiste cherche homme mûr et généreux", tandis que de notre côté nous peinions pour fantasmer dans le vide car nous étions quasi  puceau et que nous devions cependant pisser notre copie. Notre unique souvenir est notre première "lettre" publiée :  la rencontre à demeure d'un  hémiplégique sur son fauteuil avec une mystérieuse bourgeoise nue  sous son vison et venue, en taxi, en pleine nuit, s'empaler chez lui, dans le couloir d'entrée et sans préliminaire sur ce vigoureux handicapé des jambes mais pas de partout, et qui lui aussi avait bien droit au bonheur !  Sans doute une historiette liée à notre bon fond chrétien.




Le mensonge de LM : faire croire au lecteur beauf qu'il a le droit de paroles. A l'époque, nous n'avons rien conservé de ces revues, sauf une, ainsi notre "œuvre érotique hétéro et saphique" est perdue... De fils en aiguilles, nous fîmes  la connaissance d'éditeurs, dont de maisons naissantes en quête de "matériel". Cette fois-ci, les contraintes étaient évidemment différentes et à l'opposé : "Gay, de semi-hard à hard en passant par gay romantique", aucun roman hétérosexuel ou lesbien n'était autorisé... et avec l'obligation d'apposer son véritable nom, sinon, l'ouvrage passait à la trappe. Les éditeurs ont refusé que nous prenions un pseudo. La honte. Évidemment, c'est fut là un cap assez malaisé qui nous valut quelques gentilles railleries et compliments pour le culot, notamment au "Centre de Musique Baroque de Versailles" où nous avions des connaissances et où le livre circulait. Ce qui était gênant, c'était la confusion entre les écrits -avec son narrateur-  et l'auteur lui-même, alors qu'une distanciation  existe entre ce que nous sommes et ce  que nous écrivons. Les célèbres écrivaines anglaises de polars qui tuent à gogos ne sont pas des meurtrières. Pendant des années, écrire avait été donc, mentir, détourner, broder etc.  Il était cocasse de constater le contraste entre la misère de notre propre vie sur ce plan, et ce que nous devions produire, cela dit, le Sida à Paris nous avait coupé la chique. Par le biais et la présentation d'écrits édités, de scénarios mis en scène, etc. nous tentâmes de nous approcher de ce milieu feutré de la rue des Saints Père, Grasset et compagnie qui nous envoyèrent aux pelotes. Le cercle des éditeurs prestigieux est très fermé, tout autant que le show-biz. Parallèlement, bien sûr, nous poursuivions notre vie de smicard, malgré nos diplômes : chant, théâtre musical, etc. au chœur d'un milieu narcissique et égotique, anti-chrétien, qui nous donnait lui aussi la nausée, une telle nausée qu'une maladie vint se greffer pour de bon dans notre appareil digestif :  une nécrose étendue et un trou en formation dans l’œsophage, trou que les caméras de l’hôpital Tenon, ne virent pas malgré nos insistance, jusqu'à ce nous tombions  sur le merveilleux spécialiste privé, le docteur C. qui enclencha le processus d'opération urgente. Ces tâtonnements, entre gastros, allergologues, durèrent 2 ans et nous valurent définitivement de perdre notre santé et notre outil de travail : la voix, voix travaillée qui nous permettait de donner des cours, cours que nous n'avons plus osé donner avec une voix brinquebalante, totalement gondolée et incontrôlée. Plus de gagne-pain. Pour que la voix soit valide, le gosier qui est au croisement du système digestif et respiratoire, se doit d'être impeccable. Le premier ouvrage édité nous ouvrit néanmoins les portes d'un site de vente par correspondance adventice.com, désormais disparu, où pendant deux années, nous assurions  les critiques d'ouvrages souvent à connotation érotique  qui allaient du sado-masochisme au saphisme. Là, à nouveau, nous dûmes tricher, car travaillant pour un site de vente, nous ne pouvions émettre que des critiques élogieuses, et parfois, nous devions gratter un maximum, pour pouvoir dégager d'un bouquin médiocre un quelconque éloge.  Conjointement avec cela bien sûr, nous devions constamment nous battre contre les problèmes posés par le phénomène K, notamment les coups de pompe, blocages énergétiques douleurs permanentes, sans parler des "phénomènes". Le tout dans une ambiance où le Sida faisait des ravages.



 Courtesy of LaRouge

Les médecins actuels, hagards, rangeraient la Kundalini  dans le rayon "spasmophilie" et désormais "fibromyalgie".  
Et advinrent la toile, puis les blogs... Là, sous un pseudonyme poussé par une certaine "Luce" que nous saluons bien bas, nous montons un blog, tout en nous disant  : "Ça y est ! A nous, la liberté d'écriture ! Nous allons dénoncer ce que nous avons compris et pris "... Le leurre. Nous en sommes aux années 2005-2007. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs... Vinrent les menaces ouvertes, les menaces sous-entendues, les pressions, etc.


                                                    
     Arbre de Vie Juif  Séphirotique
(Kundalini)

                 
     Arbre de Vie Sumérien (antérieur
  (Kundalini)


Quels étaient donc les clivages principaux entre ce milieu "artistique"...et ce que nous étions en profondeur ?

-La prise de conscience de l'existence avérée des lobbies (lobbies qualifiés de "rumeurs" selon mes ex-amis de gauche, forcément de gauche)
- L'amour de l'argent et du pouvoir par cette même gauche et dénoncé frauduleusement par elle. Exemple : la milliardaire Anne Sinclair-Rosenberg de gauche... sur Twitter, quand je m'adresse à elle, c'est sur le ton "Alors, la vieille ?", élégant !
- L'approbation immigration massive.
- L'approbation de l'avortement massif.
- La folie des "droits" sexuels ou autres.
- La responsabilité intrinsèque du milieu gay dans la propagation du Sida, etc.




Si nous tirons un bilan de ces années, nous dirions que  n'avons jamais rencontré ni homme, ni femme, que des êtres asexués et souvent sans saveur, nos critères sont tels que personne ne rentre véritablement dans ce cadre.
Sur la Toile, les êtresses (sic) les moins asexuées, les plus proches de la "féminitude" sont clairement la fantasmatique Julie, La Luce, et la poétesse Orfeenix. Wendy est un cas à part qui ferait bander une escadrille d'homos, et qui sait, même Micron.
Quant aux hommes, sur la Toile, nous n'en voyons  pas...
Un des soucis de la droite ultra-nationale est qu'elle est éminemment coincée du cul et nous devons aux Sœurs Aryennes une sacrée chandelle !
Dans la vie normale, nous avons croisé quelques mâles et quelques femelles, et encore, avec des réserves. Dieu sait que ces quelques dizaines-là, nous les avons fixés... alors nous croisons des centaines de milliers de personnes dans une vie ? 
Un homme circoncis n'est pas un homme, un homme sous 150 de QI n'est pas un homme, c'est un singe. A ce sujet, nous avions lancé une pétition "SOS Prépuce" qui, hélas, est restée lettre morte. 
Une femme qui n'a pas  son 95 C et 150 de QI n'est pas une femme, non plus, c'est une guenon.
Chez les quasi sexuées excitantes et célèbres proches de la Femme, nous citerons Magali Noël, Mina, Stéphane Audran, Barbara, Diana Rigg, ou même Alice Sapritch.
Chez les asexués célèbres proches de l'Homme, nous ne connaissons quasiment que des personnages de fiction, sauf George Lazenby et Christopher Eccleston dans Jude, hélas ce ne sont que des acteurs, un métier qui nous les rend quasiment non crédibles. Deneuve a dit : "Il n'y a pas d'acteurs, il n'y a que des actrices"... Elle n'a pas tort. Ce n'est pas un métier viril, c'est un métier qui, exercé par un homme, est métier de con.  
Bernard Lugan, lui a l'air d'être un homme, hélas, ses bacchantes viennent en défriser la belle voix grave. L'amour humain n'est pas de ce monde, du moins pas du nôtre. C'est une expérience que nous n'aurons donc pas faite, mais c'est un fait extraordinairement commun, et ne présente aucune originalité. Pour parodier le poète Reverdy, nous dirions, "Il n'y a pas pas d'amour, il n'y a que des chansons d'amour"... L'amour  terrestre est un mica friable.
Par conséquent et en conclusion, nous n'aurons jamais réellement rencontré de notre vie majoritairement que des êtres asexués et sans intérêt, et sans saveur, pour lesquels je ne suis rien, et qui, de mon côté ne sont rien ... 


     La Beauté

Ces derniers mois :  visite chez les gendarmes suite à  une plainte de la  PJ parisienne alertée par la Licra; l'Ankou nous enlève notre Laïka, Josette,  Huguette. Un cancer nous a obligé à faire opérer Puppy et à lui enlever un œil. 3 de nos pneus ont été crevés à coups de couteaux par la voisine d'en face.  La condition du mâle est désastreuse ! Bien plus que celle de la femelle. Les féministes sont de viles putasses car ce sont des femems qui nient le bonheur de leur condition. Elles ont 2 lolos, et 3 trous et elles se plaignent ? Vous qui aviez 3 orifices  à offrir durant votre jeunesse, si à 60 ans, vous n'êtes pas assise sur un tas d'or c'est que vous êtes une conne. Si j'avais été une bonne femme, automatiquement, j'aurais été bien roulé et les types auraient craché au bassinet.






 Nous aussi savons faire neunoeil !
Désormais, et nous le méritons, nous désirons dormir tranquille sur nos deux oreilles et nos deux oreillers, d'où la finition de 2 Tomes sulfureux sur le Thème de Kundalini. Les deux tomes ne que sont la suite l'un de l'autre et sont parus sur Amazon. Comme Kundalini, et le sexe fictionnels y jouent le rôle majeur, nous ne risquons nulle convocation d'aucun ordre d'autant qu'aucun mandant présidentiel n'aura insufflé  un tel montant à la fois d'érotisme et d'infantilisme. Pourquoi avons-nous choisi une écriture "hardos" qui n'arrondisse pas les angles  ? Parce que Kundalini est périlleuse, qu'elle peut mener à la démence, à la folie érotique ou meurtrière ou à la dépression complète et un anéantissement, si le cap de la montée dudit Serpent énergétique des 2 premiers chakras se passe vraiment mal. Nous traitons volontairement de sexualité  dangereuse liée à un environnement occulte tout aussi dangereux. Pour nous, la parution de ces 2 textes est essentielle, bien qu'inséré dans un roman, donc dans un magma de purs mensonges, de construction fantasmatique, le principe de Kundalini, lui,  n'est pas trahi et il est restitué dans sa  vérité dans un décor de carton-pâte que nous avons dû construire et élaborer de A à Z.  Pour  Totof, cela s'exprima par un effondrement physique généralisé pire que le nôtre peut-être parce que nous, nous étions très jeune, 21 ans, et que Totof avait la quarantaine tassée. Le corps réagit différemment, selon l'âge et comme il peut...



En effet, à l'exception de quelques clins d’œil à des personnes décédées, nous ne pouvions intégrer des personnages identifiables à des personnes réelles. Nous avons juste fait une petite bourde que nous tairons. Une biographie nommée : "Kundalini, une expérience", eut été impossible, elle aurait signifié faire, sans leur accord, sans leur consentement, le portrait de personnes réelles. C'est impensable.
Soyons clairs  nous n'accepterons aucun commentaire, aucune critique, aucune remarque sur ces deux Tomes ... négatives ou positives elles passeraient aussitôt à la poubelle, car le processus d'écriture se poursuit et rien ne saurait nous troubler ou nous arrêter. Nous pensons même que ce processus appartient à celui de Kundalini. Nos brouillons ne comportent quasiment aucune rature, les mots  nous  sont comme dictés : ça fuse. La réalité de notre Kundalini fut encore plus triste que celle romancée. Pourquoi ? Parce que notre solitude durant les 10 premières années fut une épreuve si indescriptible que si nous avions écrit mot pour mot ce que fut notre condition et entourage, il y aurait eu de quoi pleurer à chaque page. 




Seul notre sens de l'humour nous a sauvé, et aucun guérisseur ne nous aura apporté le moindre soulagement physique. Ce qui nous a empêché de vivre une crise qui nous aurait conduit à l’hôspitalisation était notre extrême jeunesse et notre sens de l'humour. Les deux seuls soulagements physiques que nous connaissions était lors de nos séjours d'été à l'océan avec les bains de mer, et en hiver quand il faisait 0 degré, où nous sortions  en tee-shirt, c'est toujours le cas, tant nous sommes une chaudière, sinon, en permanence, la sensation était et est et, sera, de brûler et de suffoquer par manque d'air dès qu'il y a anxiété, confinement ou chaleur supérieure à 5 degrés.




Notre subconscient qui est le siège physique et métaphysique de Kundalini nous dicte. L'écriture est quasi automatique. C'est un travail d'écoute. En ce qui concerne le domaine de l'érotisme, le souci majeur de la réacosphère est qu'elle est très coincée, surtout ses composants mâles qui en sont même des chochottes et parfois même mauviettes. Les pauvres sont très frileux sur le sujet, contrairement aux hommes sémites, dont les "chèvres" ne sont pas un mythe. Une sexualité un peu olé-olé, et les mâles réacs chient dans leur froc. Pas du côté des femmes, comme Wendy... ou anciennement  Orfeenix, avec lesquelles nous nous poilons sans le moindre sujet tabou, politique, spirituel ou érotique. mon côté, je suis totalement amoral, à l'exception de ce qui touche enfants, personnes âgées et handicapés. Aucun de nos amusement pervers ne nous a mené sur ces rives. Nous avons un handicap majeur qui est aussi un bénéfice aussi majeur : nous n'avons pas eu de vie affective, pas la moindre réciprocité. L'idée de "couple" nous est étrangère. A cet égard les exemples dans notre entourage familial est parlant et catastrophique. Nous n'apprécions pas non plus le chiffre 2, le diviseur. De plus, Kundalini est un phénomène qui vous bouffe une telle énergie, ce qui rend à la fois, atone et/ou agressif. La liaison avec autrui est impossible, d'où l'idée du fictionnel. Pour l'Enfer que représente le Tome I, nous l'avons placé dans un cadre que nous jugeons infernal : l'homosexualité, rien que par le fait que c'est une impasse supplémentaire à la condition humaine.
Le Tome 1, "Enfer", est "glauque" (qualification de Stef.  "Voyage à Muxandor", tout autant, 2 Enfers) et à escient;  le second tome "Purgatoire", glauque, il l'est légèrement moins, élévation  dans les sphères oblige ... Ces 2 tomes forment un tout... mais, en les achevant, il nous est apparu évident de poursuivre et d'entamer un  3ème Tome, "Ciel", Nous en travaillons et en parachevons l'essence : le mysticisme,  considérant qu'à certains égard, toute forme de sexe, qu'elle soit "normale" ou "déviée", a une dimension miséreuse et négative. Toute sexualité sera donc donc peu à peu effacée. Enfer, Purgatoire, Ciel est notre trilogie de Dante. Je ne suis pas un écrivain et ne désire pas être jugé comme tel, cela me donne entière liberté dont le droit d'être mauvais. Que le texte soit bon ou non, l'on s'en balance, nous souhaitons juste qu'il existe, notre désir est de bâtir un texte fondateur  sur le phénomène K, qui soit le premier texte d'origine francophone fouillé sur ce sujet. Ces textes ne conceptualisent pas le phénomène K, la conceptualisation ayant déjà été élaborée depuis des millénaires par les  hindous, jusqu'aux sumériens, et sans doute par l'humanité dite pré-historique. Hillard, l'ultra-catho déplore l'émergence d'une religion mondiale, pas nous, il est temps que le très rébarbatif Jésus soit ramené à ce qu'il est : un homme, point-barre, et Allah et Yahvé, à un seul et unique (sic) tas de fumier. Vous avez lu les "saintes-écritures" ? Aucun de ces 3 mythes ne sont Dieu, et ce mythe est amené à disparaitre. Notre espérance que que les 3 religions du Livre et que la maçonnerie s'écroulent, et le principe noachique avec. Kundalini pose d'éminentes questions philosophiques, spirituelles et religieuses.




  Yawhvé, le "dieu" tribal...
La blogologie est dangereuse, toute au moins à risque,  et elle mène à une impasse. Des milliers de personnes vous lisent, et votre voisin ignore qui vous êtes. C'est encore pire pour des youtubeurs qui eux rameutent des centaines de milliers de vues. Un clic et Google vous élimine de ses tablettes et donc des années de labeur. Une plainte de l'état, et vous voici en fugue qui, en Angleterre, qui, au Japon; ou à devoir payer des milliers d'euros, être  à deux doigts de faire de la taule etc. Vous la souhaitez pour vous, cette épée de Damoclès, ou de partir si loin des vôtres ? Non. Ce qui est écrit ici est à  l'extrême limite de ce qui peut être dit... Alors que si nous devions écrire, ce que nous pensons réellement, nous serions en taule pour censure, censure, & censure... etc.  Et malgré des centaines de sites dénonciateurs, nous nous enfonçons de plus belle. Citons à nouveau, en guise de conclusions, la Sainte-Vierge Marie à Medjugorje : " En Dieu, il n'y a ni religion, ni division".





"Paris est une Gazelle II : Purgatoire"
sont en vente dans le monde entier.
La police est petite, imposée, une  manière  sans doute pour Amazon pour forcer 
à un prix raisonnable.
Nous n'avons pas voulu non plus de pagination,
car c'est entrer dans un labyrinthe. 
Le Petit Poucet avait ses petits cailloux,
munissez-vous d'un marque-page.
Kundalini est l'Axe réel, le décor romanesque, lui est totalement décalé par rapport à ce que fut la réalité, chaque personnage est imaginaire.
C'est le lot de la plupart des romanciers, même médiocres,
nous n'allions pas demander
à 100 personnes le droit de les évoquer et de les décrire, n'est-ce pas  ? 
En revanche, nous nous sommes beaucoup amusé avec les prénoms, 
et à leur attribution.
Nous achèverons  "Paris est une Gazelle III : Ciel",
si Dieu nous prête Vie. 


Le Tome III est en cours. 
Cette trilogie appartient, j'en mettrais ma main au feu de Kunda, à son processus. 
Nous ignorons encore où "Ciel" nous  mènera,
ce que nous pensons  est que
l'homo sur-étalée et l'hétérosexualité frustrée 
qui arrosent les deux premiers tomes
s'estomperont. 
Les photos de CLG sont Courtesy of Jürg Hut,  
et la couverture Courtesy of  Marcelline de La Licorne.
Article, Courtesy of Wendy.







       

vendredi 27 juillet 2018

1000 colombes...





Excusez nous, mais dans le bordel de notre "PC", 
impossible de mettre la main sur le dossier  
"Cul Ben Allah"... 
avec les vidéos que nous avions tournées en douce pendant la méga-partouze avec Emmanuel et Alex, tandis  que Brigitte faisait un petit écart entre le cuistot et un garde du corps fameux pour sa...
Ai-je rangé ça dans
"Brigitte, Vie Privée", ou dans "EM Amants"  ou dans  "Alex Benalla, le domi de EM" 
ou dans "Top secret 2017/2018",
ou dans 
" Danger. Secret d'état"... ?
Avec Sarkö, nous croyions avoir tout vu, Hollande n'étant qu'une parenthèse,
d'autres rebondissement nous attendent.
Parlons crûment, 
les Lgbt, toujours prompts à gueuler,
ne pipent mot,
mais à cacher sa sexualité très vive, ce petit coq
ne leur fait-il pas du tort.
Qu'il passe donc à "C'est mon Choix" !
"Je suis homo et ma femme  
m'approuve" ou "C'est un pacte : je ne trompe ma femme qu'avec des hommes".


Après Gallet, Benalla, EM les aime virils, poilus, cuivrés, et selon nos critères,
moches. 


"Garde du Corps" n'a jamais si bien porté son nom.
Très maçonniques, les logos élyséens. 
Ben Allah a sûrement le "crack boum hue"
pour faire autant jouir la petite salope élyséenne. 
Il est gras du bide, ce qui est surprenant à 26 ans, 
et pour quelqu'un censé être sportif, de plus, il n'a pas l'air bien futé, 
c'est une histoire de cul !
Benalla, c'est sa Brigitte au masculin...
Macron est coincé, si la sanction est trop sévère,
le Benalla fera des révélations,
sur les soirées de La Lucarne, et autres...
Micron dit "Chéri",  quant à lui, est une affaire cachère.

jeudi 26 juillet 2018

Affaire Benalla




La France :. est pourrie 
jusqu'à l'os.
Ainsi depuis LREM, tout se précipite dans la vie de ce branquignole  jusqu'à aussi être inclus à la  GLNF ? 
"Un coup , je cogne; un coup, je porte le tablier; un coup je baise Micron..."
Monsieur avait une vie bien remplie 
pour un branleur de 26 ans.
A part une histoire de cul Macron-Benalla, qu'est-ce qui explique la montée suspecte de ce cuivré ?  
 
Les lunettes, c'est pour faire "genre" ? 
Elles accentue son air bovin.
Pour un garde du corps, ça la fout mal, car cela le fragilise ...

mercredi 25 juillet 2018

Foot...ou Fou...


20 ans à 33 ans, et ce n'est qu'un pauvre footballeur, autrement dit une petite cloche !
Un esclave sélectionné sur le champ de bataille
pour grand public
offert par la maçonnerie.
Imaginez si ce type a des performances de 20 ans tout en ayant 33, (sic) les inventions auxquelles les véritables élites ont droit.
Cet imbécile, à jouer avec le feu,
n'en crèvera que plus tôt. 
Les élites possèdent les antidotes contre la radio-activité, les chemtrails, 
et disposent, elles, de véritables Bunkers.
Les factions Rothschild, pourritures suprêmes
se feraient bâtir une île en plein océan.

mardi 24 juillet 2018

Chemsex




Derrière le paravent des revendications du Mariage pour Tous, voici la réalité des pratiques
et mortelles gaies...
qui contribuent à l'épidémie d'hépatites de Hiv,
etc. Danger public.
La vidéo est assez mignonnet,  je m'attendais à pire, cependant, je n'en comprends pas la moralité finale fort floue. 


Photo prise depuis ma fenêtre.
Finistère Sud.
Entre Chemtrails et Chemsex, et Virus
et autres saloperies,
nous voilà servis...
La volonté de nous forcer à vivre dans un monde modifié où la spiritualité et la santé sont trouées de toute part est manifeste.

dimanche 22 juillet 2018

Mac





Benalla
La Terre, en sa négativité, je ne la vois qu'à travers  3 prismes : le pouvoir, le fric et le cul.
La rumeur en fait, comme Gallet, un amant
de Macron.


Gallet
Moralité : Macron, premier maquereau de France,  les aime bien bruns... 


Fête & Pré-Partouze Lgbtique à l’Élysée. 
 
 

Dommage qu'ils ne soient pas nus.
Pensez-vous que Macron attende julot en slip 
et que Benalla ne "l'a" pas déjà sortie
en pleine gloire ?
Avec une quasi assurance, je peux vous garantir que l'essentiel des musulmans
sont bissexuels.
A Paris, jeune, nous nous fîmes énormément emmerder
par eux, du simple fait d'avoir des cheveux longs, 
et un certain charme tous azimut, avouons-le,
mais en n'étant nullement dragueur,
mais toute circoncision nous les rendait
 émasculés.
Leur mantra : "ti viens avé moi dans le buisson"... 
Le prépuce fait l'homme.
Un homme circoncis est l'équivalent d'une femme à qui l'on aurait coupé les seins.
C'est une hérésie du faux "dieu" Yahwé/Allah.
Beurk.


Ben fatto ! Prima ! Well done ! 
Gaelle Mann se pose la question suivante :
"Pourquoi un 
tel favoritisme de la part de Macron envers ce "gros bras" qu'il a couvert de privilèges" ?"
 L'Amour, Gaëlle, l'Amour !
Il faut aimer le gland durci, du  cuir fossilisé, élimé par les sables du Sahara, une vraie rose des vents,
dégueulasse.



vendredi 20 juillet 2018

D.




Que dire alors des allemands qui n'ont pas foutu cette vieille coche à la poubelle ?
La montée de l'Afd est un joli signal, 
mais il est à des miles et des miles du pouvoir.
La France et l'Allemagne
seront les derniers pays à sortir de ce cauchemar, 
le duo Fr-All
est la  pièce capitale de cette Scheisse Europa.
La révolution nationale se déroule
tout autour de nous, mais pas chez nous.
qui a détruit  son pays par l'immigration, vous parle en ce jour de ses vacances,
et de son bonheur de pouvoir se reposer, 
et dormir.


Ce footballeur, ce truc avec un hérisson sur la tête, serait italien !?
Michelangelo, dio di Marcellina,
aiutaci !